PARIS AILLEURS – LE TOUR DE PARIS ET D’AILLEURS – DAHOLYMPIA

Paris Ailleurs est un album sans concession, mais dans lequel on trouve aussi de vrais singles radiophoniques. C’est un album important pour mon parcours, car son succès m’a permis d’installer une image plus mature et de me propulser dans une nouvelle décennie.

Etienne (livre Dahodisco de Benoît Cachin)

– octobre 91 : sortie de l’album
– 93 : VHS Paris ailleurs (le film et les clips)
– octobre à décembre 92 : Paris ailleurs Tour
– mars 93 à juillet 93 : The Paris ailleurs Tour
– octobre 93 : sortie du live DahOlympia en cd et VHS

commentaire DahOlympia VHS

… et merci à vous de nous avoir suivis sur ces routes qui mènent… ailleurs ?

Etienne

– 18 novembre 2016 : sortie dans la Deluxe Remastered Collection

 

ALBUM & TEXTES

Les textes sont retranscrits avec la très aimable autorisation d’Etienne. Encore merci à lui.

Des attractions désastre (Etienne Daho)
Daho ! / M’avez-vous déjà vu quelque part ? / Rafraîchissez moi donc la mémoire / Extasié devant une toile de Witsen / A Rome, Londres ou Rennes, vous m’appeliez Etienne / Cherchant le magicien et sa dose / New York, Café Reggio, je suppose…. / En plein coeur de l’ivresse, au milieu du chaos / Accoudé à un bar, vous m’appeliez… Daho ! / Vous en avez de bonnes à Lisbonne ? / De salaces à Paname, Amsterdam ? / Etait-ce une quille ou un glaçon, va savoir… / Dans le noir, dans le ton, quel que soit l’abandon / Pourvu qu’il soit le bon / Sur d’experts toboggans vous m’avez vu glisser / Mais y glisser avec délices / Certes !

Ooh j’aime tout, je veux goûter à vous / Ooh j’aime tout, j’veux me donner à vous

Avant que j’m’en aille, avant mes funérailles / De la vie faire ripaille, avant que j’m’en aille

Les flèches que Cupidon m’a décrochées / N’étaient que des haches dans le dos / Et si j’ai rampé tout en bas / J’ai surfé aussi tout là-haut / Sur des cimes ondulantes… hop, j’enchaîne… / Du lever du soleil brûler jusqu’au matin crème / Se frotter à tout c’qui bouge, de palaces en bouges / Non, je n’épargnerai ni moi, ni personne / La fièvre n’est pas un don, mais un dû / Les provocs de cette foutue ville rendent certains hyper hostiles / Mais moi, j’avoue qu’ça m’tente…

Mais je n’ai pas le rouge au front / Et je ne suis pas sur le flanc / Et je ne suis pas si mauvais / Non, je ne suis pas si maudit / Mes vingt ans, sainte verge… enfin bon, j’abrège…. / Du lever du soleil briller jusqu’au matin grège

Avant que j’m’en aille, jouer à qui perd gagne / Et de la vie faire ripaille, avant que j’m’en aille

Mais ma ligne de fuite s’est brisée pour me mettre à la colle des tes vingt deux étés / J’abandonne aujourd’hui mes attractions désastre et tu viens avec moi, faire l’avion

Saudade (Etienne Daho)
En ce mai de fous messages, j’ai un rendez-vous dans l’air / Inattendu et clair, déjà je pars à ta découverte / Ville bonne et offerte //C’est l’attrait du danger qui me mène à ce lieu / C’est d’instinct qu’tu me cherches et approches / Je sens que c’est toi

C’est à l’aube que se ferment tes prunelles marine / Sous quel méridien se caresser, dans mes bras te cacher / Dans ces ruelles fantômes ou sur cette terrasse où s’écrase un soleil / Tu m’enseignes le langage des yeux, je reste sans voix

Les nuits au loin tu cherches l’ombre / Comment ris-tu avec les autres / Parfois aussi je m’abandonne / Mais au matin les dauphins se meurent de saudade

Où mène ce tourbillon, cette valse d’avions / Aller au bout de toi et de moi / Vaincre la peur du vide, les ruptures d’équilibre / Si tes larmes se mèlent aux pluies de Novembre / Et que je dois en périr, je sombrerai avec joie

Comme un igloo (Etienne Daho)
Comme un igloo farouche et empesé ultracivilisé j’me tiens bien en surface / Mais qui me foudre et qui me branle bas se lâcher sans effroi pour le grand don de soi / Je déconne vos idées sur le bien m’assomment / Je n’crains plus le regard de personne / A cette fièvre je m’abonne pour découvrir ou l’amour se love

Un doux poison dans la fibre nerveuse qui me met en deça en dessous mais au-dessus / Etrange influx, vertige ascensionnel qui pénètre mes sens et s’y diffuse jusqu’au ciel / Je m’’la donne pour cela j’ne crains plus personne et je n’attendrai plus qu’on me
sonne / C’est en ton sourire qu’je soupçonne / Qu’c’est en toi que l’amour se love

Comme un igloo électrocuté qui fond sous ta chaleur combustion assurée / Je mets au clou tous mes préjugés abondance d’émois n’a jamais rien gâté / J’m’ la surdonne et je n’attends plus qu’on me sonne / J’n’crains plus le regard de personne / C’est tout ton être qui m’étonne / C’est en toi que l’amour se love

Je sais je sais ou l’amour se love en toi l’amour se love 

Les voyages immobiles (Etienne Daho/Helen Turner)
C’est un moment fort où se réveille l’eau qui dort / Un moment clair où je me confonds à ta chair

C’est le feu et la soie / C’est le vent qui court sous la peau / Et c’est t’apprendre avec les doigts qui m’rend tout chose

C’est comme un mal en moi qui m’effraie, qui me tord / Serre m’encore et fais-moi perdre pied / Dans ces eaux troubles fais-moi plonger

Me garder en toi, le souffle court, figer la pose / Les yeux noyés comme deux mutants sous hypnose

C’est comme un mal en toi qui te pèse et te mord / Baise m’encore et fais-moi tournoyer / Dans ces eaux sombres fais-moi plonger

C’est se taire et fuir, s’offrir à temps / Partir avant de découvrir / D’autres poisons dans d’autres villes / Et en finir de ces voyages immobiles

Un homme à la mer (Etienne Daho)
C’était bien là, le fameux paradis / Y mettre un pied marin, mais se sentir saisi / Par ton regard chaud, ton regard chaud… / Alors que l’on se voudrait fort et fier / Fondre comme les glaçons au fond de nos verres / Boire la nuit entière pour ne plus se taire / Pour devenir un autre…

Entre désir en rade et désert blanc / Je pense à toi la moitié du temps / A ton regard clair, ton regard clair… / Aveugle et plein de toi vers la lumière / Quand le soleil incendie la mer / J’ai aimé ton mystère et je peux mieux faire

J’me sens comme un homme à la mer / Qui a déjà aimé me comprenne / J’me sens comme un homme à la mer / Que pourrais-je y faire ? / J’me sens comme un homme à la mer / Qui n’a jamais aimé me jette la première pierre / J’me sens comme un homme à la mer / Que pourrais-tu faire ?

Toi, mon ange, un cadeau des dieux, que je caresse avec les yeux / Tu fais ma joie, mon gemme précieux, je te caresse avec les yeux / Je n’te caresse qu’avec les yeux

J’n’ai aimé que ton mystère, j’aurais dû mieux faire

J’me sens comme un homme à la mer / Mon cœur de pierre n’a vu que la moitié de la mer / J’me sens comme un homme à la mer / Que pourrais-je y faire ? / J’me sens comme un homme à la mer /Mon cœur de pierre n’a vu qu’la moitié de la mer / Comme un homme à la mer / Qui s’est déjà noyé me comprenne

Interlude à la désirade (Etienne Daho)
Le temps me donne le temps / Le temps me donne le temps et s’en va / Un courant d’air sur les toits / Et un peu d’air pour moi et pour moi, qui suis je ?

La pluie me donne l’envie / La pluie me donne l’envie de toi / Que je ne partage pas / Que je garde pour moi et pour moi ici

Sans vie je dors sans soucis / Je m’abandonne aux plaisirs du temps / Le temps me donne le temps  / De te garder pour moi toute la nuit, et puis…

Toi + moi (Etienne Daho)
Tu es un papillon qui bouge agitant ses ailes ocre et rouge / J’en reviens pas / Mes tempes brûlent ma vue se trouble / Si je regarde ailleurs tu vois rouge / Mais panique pas

Je laisse les vipères siffler sur ma tête / T’en fais pas / Et leurs jeux tordus me font battre en retraite / T’en fais pas

Que tu mordes mes lèvres en douce ou bien que tu suces mon pouce / J’en reviens pas / C’est fou tu es unique et intense bébé de saturne fête mes sens / J’ai le cœur qui bat

Comme deux torches sous la pluie nouvelle toi et moi / Préparons à deux notre vie nouvelle toi et moi

There’s a place for us…

Comme deux torches dans la nuit nouvelle brûlent en secret / Le désir gronde dans la nuit nouvelle dis ton secret / Tout ce que tu veux tout ce que tu ne veux pas

Comme deux torches dans la nuit nouvelle toi et moi / Préparons à deux notre vie nouvelle et dis moi / Tout ce que tu veux tout ce que tu ne veux pas

There’s a place for us…

Rue des petits hôtels (Etienne Daho)
Tu fais ô ô et tout là-haut / La lune éclaire nos corps libres et soudés comme deux chaînes

Tu fais ô ô, t’abîmes pas trop / N’en dis jamais trop et donne de toi juste ce qu’il faut

Les villes se ressemblent, je m’ennuie à me pendre reste pour m’surprendre

Peu importe les pièges que tendent / Là dans ton dos des ordures, drôles d’oiseaux bien comme il faut

Parcours par cœur, Paris ailleurs / Les souvenirs se traînent, l’enfance se promène rue des petits hôtels

Cet endroit te ressemble et tu devrais t’y rendre reste pour m’surprendre / Viens m’surprendre…

Ton corps s’épuise de se tendre, vas-tu guérir ou te rendre ? / Reste pour t’surprendre

Tu fais ô ô, mais j’en dis trop / J’illusionne trop, trop loin et trop haut, plus qu’il ne faut

La berlue (Françoise Hardy)
Pour voir l’intérieur de ma tête / Ses eaux plates, ses tempêtes / Et ses idées reçues

Pour voir l’intérieur de mon cœur / Ses films et ses erreurs / Et son peu d’étendue

Pour voir l’intérieur de mon âme / Ses minuscules drames / Ses états mal vécus

Pour voir l’intérieur de ma tête / Il te faut des lunettes / Car tu as la berlue

Pour voir l’intérieur de ta tête / Les dangers qui m’y guettent / Et nos malentendus

Pour voir l’intérieur de ton cœur / Ses blocages et ses peurs / Ses battements ambigu

Pour voir l’intérieur de ton âme / Et rompre enfin le charme / Tous mystères confondu

Pour voir l’intérieur de ta tête / Il te faut des lunettes / Tu me donnes la berlue

Double zéro et l'infini (Etienne Daho/Rico Conning)
Sale blessure et mauvais temps pour les cœurs purs / Sale torture, ses obsessions ont la peau dure / Sept fois je suis frappé sec et bas / Sous le choc je pluie et je ploie / A mon insu, substituts de poids / Font dada hue et dada ho avec toi

Toi, zéro, dans Paris bascule à l’infini

Lame acérée qui me perce de haut en biais / Coup de massue, je me signe et perds le contrôle / Connais-tu la rage qui me cloue / De t’imaginer à genoux / Dans les catacombes et les égouts / Avec une bombe tu joues / Car l’appétit succède au dégoût / L’attirance succède à l’ennui

Toi, Zéro, dans Paris bascule à l’infini

J’suis bas. J’suis bas…

Paris ailleurs (Etienne Daho/Etienne Daho - Edith Fambuena)
Paris, où ça ? / Paris, ici. / Paris, où ça ? / Ailleurs… te perdre, me perdre…

Quoi… tu m’railles ? / Alors, bye…

Enchanté, welcome, vous prenez ? Pas-sion-nant ! / Du nord au sud, s’enticher, s’mélanger, s’apprivoiser / S’enchevétrer, s’métisser, s’additionner, se mouvementer / S’colorer, s’enlacer, s’entrelacer, spiraler, s’addicter / S’adorer, s’allonger. Climaxer.

Paris, tu perds / Paris, tu perds… / Je pars / Fin

PARIS AILLEURS, LE FILM ET LES CLIPS (VHS)

le film de Doug Nichol –  reportage et interviews lors de l’enregistrement de l’album Paris ailleurs à New York avec les clips : Des attractions désastre – Interlude à la désirade – Double zéro et l’infini

les clips : Saudade – Les voyages immobiles – Comme un igloo – Un homme à la mer – Rue des petits hôtels

DU CD LIVE DAHOLYMPIA

Des attractions désastre – Paris le Flore – 4000 années d’horreur – Il ne dira pas – Comme un igloo – Quelqu’un qui m’ressemble – Le grand sommeil – Epaule tattoo – Les voyages immobiles – Un homme à la mer – Week-end à Rome – Saudade – Mon manège à moi – Des heures hindoues – Paris ailleurs – Saint-Lunaire dimanche matin

DE LA VHS LIVE DAHOLYMPIA

Des attractions désastre – Paris le Flore – 4000 années d’horreur – Il ne dira pas – Demain mieux que moi – Comme un igloo – Quelqu’un qui m’ressemble – Le grand sommeil – Epaule tattoo – Les voyages immobiles – Un homme à la mer – Rue des petits hôtels – Week-end à Rome – Saudade – Mon manège à moi – Des heures hindoues – Tombé pour la France – Paris ailleurs – Saint-Lunaire dimanche matin

DELUXE REMASTERED COLLECTION

disque 1
album original
+
Des attractions désastre (Terry Farley – 7″ mix)
Des attractions désastre (PM Dawn – 7″ version)
Comme un igloo (E.D.I.S.C.O by Dimitri from Paris – 7″ version)
Comme un igloo (Electro vibe mix by Boombass – 7″ version)
Mon manège à moi
Mon manège à moi (La tête à l’envers by Bibi – 7″ version)
Mon manège à moi (Sur une autre planète by Dimitri from Paris – 7″ version)
The girl from Ipanema (duo avec Lio)
Tous les goûts sont dans ma nature (duo avec Jacques Dutronc)

disque 2
Des attractions désastre (live 2004)
Saudade (live 2004)
Comme un igloo (live à la salle Pleyel 2008)
Les voyages immobiles (live 92)
Un homme à la mer (live 92)
Rue des petits hôtels (live 92)
Mon manège à moi (live Londres 98)
Paris ailleurs (live 92)
Des attractions désastre (démo)
Rue des petits hôtels (démo)
Comme un igloo (démo)
Interlude à la désirade (démo)
Toi + moi (démo)
Double zéro et l’infini (démo)
Tous les goûts sont dans ma nature (démo solo Etienne)
Le premier de nous deux (démo)
Un homme à la mer (1ère version single inédite)
Quelqu’un qui m’ressemble (version 92)
Chanson pour un caméléon (démo)
Dommage que tu sois mort

RELATIVE A L’ALBUM

© Youri Lenquette

  • Etienne Daho (critique de l’album) – Le Nouvelliste (Canada) – 07/03/92

photo de l’article

RELATIVE AU TOUR DE PARIS ET D’AILLEURS ET DU DAHOLYMPIA

  • critique du live Daholympia 

Enregistré à l’Olympia, cet album de seize titres restitue l’étendue du talent d’Etienne Daho qui excelle autant comme compositeur que comme parolier. Quand, habile à s’adapter aux courants les plus divers, il y donne comme preuve la richesse esthétique de sa palette musicale et l’intime délicatesse de sa poésie, nourrie de romantisme et de mélancolie. Daho a su créer un univers à son image, à la fois sobre et raffiné, intime et pudique, dont le charme agit instantanément. Il suffit de se laisser porter par l’écoute des principaux tubes qui ont jalonné le début de sa carrière pour en être convaincu, qu’ils se nomment « Le Grand sommeil », « Epaule tattoo, « Week-end à Rome » ou encore « Des Heures hindoues ». Déjà, Etienne Daho s’imposait comme un artiste résolument unique dans le paysage français. Il n’a depuis jamais cessé de l’être, pour notre plus grand plaisir.

Sylvie Devilette

  • Les Francolfolies de la Rochelle – La Presse – 20/07/93

Etienne Daho, Jacques Dutronc, Michel Rivard, …
Ce même samedi, Etienne Daho allait faire danser les 18 000 spectateurs (un record pour la Rochelle) venus le voir ainsi que Jacques Dutronc. Imaginez une gigantesque discothèque à la belle étoile. Daho n’a peut-être pas la voix la plus juste au monde, mais quand il chante, je n’ai plus d’oreilles, seulement des hanches…
Marie-Christine Blais (collaboration spéciale) – La Presse

  • DahOlympia (critique album) – Le Matin (Lausanne) – 30/12/93

CLIPS OFFICIELS

Des attractions désastre

Comme un igloo

Un homme à la mer

Les voyages immobiles

Saudade

Rue des petits hôtels

Interlude à la désirade

Double zéro à l’infini
EMISSIONS TELE

Escale
MCM

Double jeu
Antenne 2 – 21/12/91

Double jeu
« Saudade »
Antenne 2 – 21/12/91

Taratata
France 2 – 07/02/93

Festival de Stavelot – reportage
RTBF – 24/07/93

Fréquenstar (court extrait)
M6 – 08/95
PASSAGES TELE

reportage
TF1 News – 18/12/91

« Saudade »
RTBF

« Tous les goûts sont dans ma nature » en duo avec Jacques Dutronc
AUTRES

Paris ailleurs – le film et les clips (extrait)

Francofolies de la Rochelle
« Des attractions désastre » – 1993

Etienne Daho affiche paris ailleurs tour Etienne Daho affiche de The paris ailleurs tour
LES DATES

Le Tour de Paris et d’Ailleurs

octobre
3 : LAVAL // 5 : JOUE LES TOURS // 6 : NIORT // du 10 au 13 : Zénith PARIS // 20 : SAINT BRIEUC  // 21 : RENNES // 22 : NANTES

novembre
3 : CHAMBERY // 5 : BESANCON // 6 : DIJON // 7 : GRENOBLE // 12 : ROUEN // 13 : ANGERS // 14 : ORLEANS // 16 : LIMOGES // 17 : BORDEAUX // 18 : TOULOUSE // 19 : MONTPELLIER // 20 : MARSEILLE // 21 : NICE // 23 : TOULON // 24 : AVIGNON // 25 : BOURG  EN BRESSE // 26 : LYON // 27 : MAISON ALFORT // 28 : REIMS

décembre
3 : MULHOUSE // 4 : METZ ; 6 // STRASBOURG // 8 : BREST // 9 : CAEN // 11 : LILLE // 12 : BRUXELLES // 13 & 14 Olympia PARIS // 16 : CLERMONT-FERRAND // 17 : MONTLUCON // 18 : LAUSANNE

juillet
17 : Francofolies LA ROCHELLE

The Paris Ailleurs Tour

mars
11 : MONTREAL // 15 : QUEBEC // 23 & 24 TOKYO

avril
6 : Forum de LIEGE // 7 : Vooruit GAND // 9 : AMSTERDAM // 10 : GRONINGEN  // 17 : HELSINKI // 19 : STOCKHOLM  // 22 : COPENHAGUE  // 24 : HAMBOURG  // 26 : MUNICH  // 27 : KOLN // 29 : BERLIN

mai
5 : GENEVE   // 7 : ZURICH  // 8 : BERNE  // 12 : COIMBRA  // 13 : LISBONNE  // 14 : MADRID  // 15 : BARCELONE

juin
23 : FLORENCE

juillet
20 : Paléo Festival NYON  // 24 : Festival de STAVELOT

LES SETLISTS

Le Tour de Paris et d’Ailleurs

Des attractions désastre – Paris le Flore – 4000 années d’horreur – Il ne dira pas – Demain mieux que moi – Comme un igloo – Toi + moi – Quelqu’un qui m’ressemble – Le grand sommeil – Epaule tattoo – Les voyages immobiles – Un homme à la mer – Bleu comme toi – Rue des petits hôtels – Week end à Rome – Saudade – Paris ailleurs – Mon manège à moi – Des heures hindoues – Satori Pop Century – Tombé pour la France – Saint Lunaire, dimanche matin

The Paris Ailleurs Tour

Des attractions désastre – Paris le Flore – 4000 années d’horreur – Il ne dira pas – Comme un igloo – Quelqu’un qui m’ressemble – Le grand sommeil – Epaule tattoo – Un homme à la mer – Bleu comme toi – Week end à Rome – Saudade – Mon manège à moi – Tombé pour la France – Paris ailleurs

participation d’Arnold Turboust (Saint Lunaire, dimanche matin au Zénith et l’Olympia à Paris), Sylvie Vartan (Quand tu es là à Reims)

LES MUSICIENS

Saint Marcello B. : basse
Edith Fambuena : guitare
Xavier « Tox » Geronimi : guitare
Jean-Louis Piérot : claviers
Stephen Irvine : batterie

choristes : Theos Allen, Carolle Blandin, Mickael Robinson