journal du Diskönoir Tour

LIFE ON A TOUR BUS
Journal d’Etienne lors du Diskönoir Tour (tournée de l’album Les chansons de l’innocence retrouvée)
septembre 2014 au 31 août 2015

13 septembre
préparatifs et répétitions

Difficile de choisir les chansons définitives pour le show. Nous en essayons plein avec des ordres différents pour trouver le bon équilibre entre nouvel album et albums précédents. Voici une de mes tentatives d’ordre. Pas encore ça.

Etienne

On the road again ! Première journée de répétition pour Etienne et les musiciens.

26 septembre
concert du 25 septembre (première) à Vélizy

Première hier soir, enfin. Les Visconti cartonnent en première partie.

Malgré l’impatience, le trac et les petits aléas de première que les musiciens et moi sommes les seuls à ressentir, nous sommes portés par un plaisir pur, prêts pour la suite.

Etienne

29 septembre
concert du 27 septembre à Gap

Deuxième concert à Gap. Nous traversons la France aller et retour. 11 heures de bus. La région est sublime, ciel et soleil d’été. La salle est pleine, il fait chaud, je renonce a mettre mon col de prêtre. Nous essayons une nouvelle setlist. Peaufiner sans cesse. Le public est avec nous, l’ambiance festive, nous sommes en nage. Beau concert pour nous tous. A la sortie une avalanche de mots doux, de sourires. Retour Paris. Je fais DJ set dans le bus.

Etienne

5 octobre
concerts des 2 octobre à Châlons, 3 octobre à Lille et 4 octobre à Béthune 

photo Laurie Holzer

Avec ces trois dates enchaînées nous avons vraiment l’impression de rentrer véritablement dans la tournée et de trouver nos marques. La première date a été annulée deux fois, donc j’ai une petite appréhension qu’il y ait un empêchement de dernière minute, mais le show est nickel et le public dément, vraiment à fond avec nous. Le concert de Lille se passe dans un théâtre sublime, là où j’ai joué pour la première fois dans cette ville. Le théâtre Sébastopol. Tout de suite pendant les balances, la sensation que le show va être intense et particulier. Ariel Koenig ouvre en première partie devant un public chaleureux. Puis c’est la folie pendant une heure quarante cinq. Edith Fambuena nous fait une visite surprise et nous rejoint sur scène. Ce concert restera longtemps dans nos mémoires. Bethune le lendemain dans un magnifique théâtre. Très bon souvenir d’y être déjà venu lors du « Kaleidoscope Tour » à l’époque de « Eden ». Nous sommes portés par un public incroyablement attentif aux nouvelles chansons et hyper réactif aux standards. Des sourires, des mots d’amitié, le bus est cerné au moment du départ. Emouvant.

Etienne

9 octobre
concert du 7 octobre à Meaux

Après la folie furieuse du nord, nous nous retrouvons dans ce joli petit théâtre de Meaux. L’acoustique pendant la balance est vraiment difficile. Emmanuelle notre ingénieur du son de scène est de retour et fait des miracles. Le public assez timide au début, se lève sur «Saudade» pour ne plus se rasseoir et la salle se transforme en véritable disco. Mako m’a offert l’album de Smokey Robinson «Quiet Storm» en vinyle. Alexis, notre clavier, ressemble à Smokey, c’est confondant.

Etienne

12 octobre
concerts des 9 octobre à Nancy, 10 octobre à Thionville et 11 octobre à Sausheim

Semaine de quatre concerts, assez intense. La salle Poirel de Nancy est absolument sublime, mais impossible à sonoriser correctement. Tout est archi fort. Nous nous battons tous contre cette acoustique rebelle, heureusement portés par un public dément qui m’offre la plus belle et longue ovation et ce, seulement après la deuxième chanson. Frisson. Thionville. Bonne acoustique, nous retrouvons nos marques. J’ai un peu perdu ma voix hier tant j’ai du forcer, mais après deux chansons, le plaisir pur et ma voix reviennent. Le public est attentif pendant la première partie du show qui présente le nouvel album et des titres un peu obscurs, puis se lève à partir de Boomerang pour ne plus se rasseoir. Belle soirée et public hyper chaud. Nous célébrons ce concert dans le bus qui nous ramène à l’hôtel à Metz. J’apprends que la salle de la Laiterie de Strasbourg est en travaux car le plafond s’effondre et qu’ils annulent tous les concerts, dont le notre. C’est la déprime, d’autant qu’avec la tournée marathon que nous faisons, les dates que nous leur proposons pour revenir jouer, ne leur conviennent pas. C’est minant.
Dernier soir de la semaine à Sausheim et apothéose. Le public est juste fantastique. Retour en bus, 7 heures de route. arrivée à Paris à 6 heures du mat. Nous sommes exténués, mais heureux.

Etienne

ps: Photos avant de monter sur scène et dans mon dressing room avec le T shirt Ferrari acheté à Pise et qui fait des envieux.

18 octobre
concerts des 15 octobre à Caen, 16 octobre à Rueil-Malmaison et 17 octobre à Esch-sur-Alzette

La salle de Caen, le Cargo est vraiment géniale. L’acoustique et l’accueil sont parfaits.
Ce soir nous donnons un show compact devant un public qui nous porte haut. Retour dans ce théâtre que j’adore à Rueil. Contrairement à nos attentes, le public, rajeuni depuis mon dernier passage ici, se lève dès les premières chansons et le show devient magique, très festif. Puis longue nuit de bus pour aller au Luxembourg. Je fais mon petit Dj set disco soul. Ça a secoué dans le bus toute la nuit. Très mal dormi, gorge irritée par les concerts qui s’enchaînent et la clim, inévitable partout. La Rockhal à Luxembourg est construite dans un complexe d’usines rénovées et c’est esthétiquement sublime. La salle est bourrée, public très rock. Le show est électrique et nous nous donnons à fond. Gros succès. Cela nous console un peu de l’annulation de la Laiterie à Strasbourg. J’adore le groupe, l’équipe. La tournée la plus heureuse depuis mes débuts. Célébration, bus de nuit et arrivée à Paris à 6 heures du mat. Pas dormi. Zombie intégral. Repos avant Londres.

Etienne

24 octobre
concert au Koko à Londres 23 octobre

photos : poster London Show  –  L’innocent Daho ou le Diable vert ?   mmmmm… –  dressing Room
préparation avec François Poggio  – Give My Love To London

A lire en écoutant « Give my love to London » de Marianne Faithfull
http://www.youtube.com/watch?v=enx53AUmKQ4

Avant de partir, j’écoute les mixes de « Diskönoir », le live enregistré cet été à la Cité de la musique. Vraiment bien, sachant que ce concert était le premier que nous faisions depuis des lustres. Nous avons déjà ce son de groupe, très compact. Ma voix est souvent très rauque, mais il y a une bonne énergie et une pure émotion. A ce moment là je me demandais encore si je serais capable physiquement de remonter sur scène. La pochette dont la photo a été prise au French House de Londres par Richard Dumas est sublime. J’ai dans les mains ce petit carnet sur lequel je prenais des notes pour écrire les textes du dernier album. Si on regarde attentivement l’image, il y a un détail très étrange, une présence. Francis es-tu là ? L’artwork de Leslie David est magnifique, très art déco.

Je pars la veille pour une promo locale et pour accompagner la sortie de l’album. En prenant le train, beaucoup de bons petits signaux….. Je fais la couverture du journal de l’Eurostar et il y a franchement mieux pour passer inaperçu. Sous ma photo le titre « You need to be profoundly frivolous ». Yes maaa!!!!!!

1er novembre
concerts au Forum à Liège le 30 octobre et Cirque royal à Bruxelles le 31 octobre

Petite descente après l’euphorie londonienne. Hâte de reprendre le tour. Nous partons à Liège en train. A notre arrivée à Liège, nous sommes accueillis par une vingtaine de personnes qui nous attend déjà. Comment connaissaient-ils l’heure de mon arrivée, le numéro de la voiture ? Mystère !!!!!! 
Le théâtre de Liège est superbe. Ce soir et demain soir, c’est Perez qui ouvre le show. J’adore sa nouvelle chanson «Une autre fois». http://www.youtube.com/watch?v=WKGTMZ31ZL8
Je l’observe des backstages pendant qu’il joue, avec la conviction qu’il va devenir grand. 
Nous montons enfin sur scène. Le public est chaud. Plaisir pur. A la sortie, nous sommes encerclés par environ cent cinquante personnes qui me font une haie d’honneur et m’applaudissent. Une sortie mémorable. Je n’en reviens pas. Emotion. Puis voiture jusqu’à Bruxelles ou je dors ce soir. Je suis mort de faim et épuisé en arrivant, mais impossible de trouver le sommeil. J’aurais du ressortir.

 

9 novembre
concerts à l’Olympia du 3 au 6 novembre

C’est à l’âge de 8 ans que je suis allé pour la première fois à l’Olympia. Ma tante Sonia, qui sera là le premier et dernier soir, m’y avait amené en matinée voir Petula Clark en 1965. Ma première salle parisienne fut aussi l’Olympia en 1985. Depuis, malgré les pressions diverses et variées, je choisis toujours d’y revenir. C’est en quelque sorte « chez moi ». S’y installer et poser nos valises pendant ces quatre soirs est un bonheur géant. Les trois jeunes femmes new yorkaises de Au Revoir Simone, dont le plus grand fan est David Lynch, complètent harmonieusement l’affiche. Tous les soirs en ouverture du show, avec leur musique hypnotique et barrée, elles charment leur monde. Comme sur la version album, elles viendront nous rejoindre tous les soirs pour chanter « Les Chansons de l’Innocence » en version disco kitsch. Pour les rappels, je change ma tenue de curé et enfile une veste Presley glam en fil d’or créée par Hedi S. Deux autres invités amis, le dernier soir, comme à la Cité de la Musique, Edith Fambuena (Saudade) et Jean-Louis Piérot (La Peau Dure). Le premier soir est électrique. Nous aurons quelques soucis de son qui seront réglés dès le deuxième soir. Le public s’est beaucoup rajeuni depuis la dernière tournée et beaucoup me voient pour la première fois. Les soirées vont crescendo. Le public me fait un accueil démentiel. Tous les soirs ce plaisir fou avec peut être un petit pic le 5. Le 6, cauchemar, je me réveille avec une angine carabinée. Plus un son et la sensation d’avoir des lames de rasoir dans la gorge. Je vis avec le spectre des annulations de l’année dernière et l’idée de devoir annuler un show me met dans une panique intégrale. Panique jusqu’à 18h ou on me fait un shoot de cortisone qui me fera chanter, sans que personne ne s’ aperçoive de rien. J’ai affreusement mal, mais dès que je mets le pied sur scène, j’oublie tout, je ne souffre plus. Je me laisse porter par la chaleur précieuse de ce public incroyablement enthousiaste.

 

17 novembre
concerts des 13 novembre au Silo à Marseille, 14 novembre au Palais des Festivals à Cannes et 15 novembre au Carré à Sainte-Maxime

Mon âme soeur Elli pour la vie m’a envoyé un sms qui va devenir mon mantra quotidien « Profite d’être toi ». Et à chaque seconde je réalise combien il est cool d’être moi, d’être vivant, de faire ce que j’aime, de recevoir tout cet amour tout le temps et d’en profiter consciemment.

Les jours qui ont suivi ces Olympias ont été assez pénibles. Grosse descente, car le méchant virus que l’on m’a salopement refilé est devenu bronchite et otite. Je garde le lit, exsangue.
Départ pour Marseille. Je suis encore faiblard mais trop excité de recommencer. Le Silo est une salle sublime, qui me rappelle un peu Pleyel dans son architecture. Edith nous rejoint. Sa mère et son frère sont là. Les gars du groupe Aline ont aimé le show de Bruxelles et veulent revenir.

24 novembre 
concerts des 19, 20,21, 22 novembre à Annemasse, Grenoble, Bourg-lès-Valence et Clermont-Ferrand

L’album « Diskönoir » est arrivé chez moi ce matin et j’emporte des exemplaires pour les distribuer à toute l’équipe. L’arrivée d’un nouvel album est toujours un moment incroyablement magique auquel je ne m’habitue pas. La pochette est superbe, art déco, designée par Leslie David et la photo est de nouveau signée par mon ami Richard Dumas. Nous l’avons shootée au French House de Londres. Il y a comme le fantôme de Francis Bacon qui hante cette image. J’ai dans les mains le carnet ou je note mes idées de chansons. Si l’on regarde bien, il y a un détail très étrange. Je vous laisse trouver…. L’enregistrement a été fait le 5 juillet à La Cité de la musique. Notre tout premier concert après toutes mes péripéties. L’émotion et la tension de la première fois sont palpables. Très émouvant pour moi. Le son est net et précis. L’énergie et le tracklist sont sensiblement différents de ce que nous faisons aujourd’hui. Le concert enregistré à Londres et qui fera l’objet d’un film et d’un documentaire, diffusés sur Arte, sera identique aux concerts que nous donnons actuellement.

2 décembre
concerts au 106 à Rouen le 25 novembre, au Normandy à Saint-Lô le 27 novembre, à la Cité des Congrès à Nantes le 28 novembre et au Vinci à Tours le 29 novembre

Une semaine fantastique. Premier concert à Rouen au 106. La salle est sublime et l’infrastructure, l’accueil sont parfaits. Le son est un peu inquiétant au soundcheck, mais impeccable, dès que nous attaquons le show. Le public est très chaud et le concert magique. La semaine commence bien. Jérôme Soligny est venu me voir. Il m’offre le nouveau 25cms vinyle de Bowie, « Sue ». Son livre « Writing on the edge » est la lecture parfaite pour accompagner cette tournée. 

Le 26 est off. Je m’exile en solo à Granville, histoire de voir la mer et respirer un peu. Laurie, notre ange gardien, m’a offert les « Lettres » de Koltès. Renversant. Fantabulous. 

 

9 décembre
concerts  à Montceau-les-Mines le 3 décembre, à Firminy le 4, à Lyon Villeurbanne le 5 et à Morges le 6 décembre

L’hiver est enfin là, rassurant pour décembre. Le rythme de la tournée est fatigant et les troupes commencent à se désintégrer. La semaine risque d’être contrastée entre des théâtres classiques et la salle de Lyon, totalement aux antipodes. François à mal au bras, aux dents, Mako à la grippe et il est moribond avant d’entrer en scène, j’ai mal à la gorge…Quatre concerts d’affilée cette semaine. Il va falloir tenir. Pierre Alexandre Vertadier, mon manager, vient nous visiter pour doper le moral des troupes. Le théâtre de l’Embarcadère de Montceau-les-Mines est très cosy. Voire un peu trop. Le public est scotché aux fauteuils et seuls quelques fans hardcore se lèvent au péril de leur vie. J’observe Mako du coin de l’oeil. Il a des vertiges mais il va vaillamment tenir jusqu’au bout. La manche est lente à gagner, mais nous arrivons à tous les faire danser et à faire un gros succès. Une bonne soirée pour nous tous.

16 décembre 
concerts des 9, 11, 12 et 13 décembre aux Sables d’Olonne, Nïmes, Tarbes et Seignosse

Avant dernière semaine. Avant de partir, je récupère le nouveau 45t vinyle de « Soleil de Minuit » pour les musiciens. J’aime beaucoup cette photo de Julien Mignot, faite pour la série de couverture du Metropolitan. Comme pour l’album live, l’artwork art déco est exécuté par Leslie David. Superbe, je suis très content. Nous arrivons sous un soleil très doux. Belle lumière qui fait du bien. Nous sommes à deux pas de la mer.
Je remplis mes poumons de ce bon air. J’en ai bien besoin, je suis inréveillable aujourd’hui. Totalement zombiesque, sensation de flotter dans l’espace. Le Théâtre des Atlantes est superbe. La vibe est bonne. Dès les premières notes, nous sommes portés par un public incroyablement chaleureux. Le concert est dément et semble trop court. Gros succès. L’ami de Damien Bertrand, Yannick, venu voir le show avec ses enfants, m’offre un très beau vinyle rouge de Morrissey. En rentrant à l’Hôtel, je tombe sur un documentaire passionnant sur Julian Assange, mais je suis épuisé et tombe dans un profond sommeil.

26 décembre 
concerts des 16, 18,19 et 20 décembre à Brest, Toulouse, Bordeaux et Rennes​

Dernière semaine. Ce matin je prends l’avion pour Brest. Je reçois un message de Debbie Harry qui est aussi à l’aéroport. Elle jouait avec Blondie hier soir à Paris. Dans la salle d’attente pour Brest, bonne surprise, je retrouve Antoine Carlier et Thomas Robin qui viennent filmer des moments de cette semaine pour le documentaire pour Arte. En arrivant à la salle du Quartz, plein de souvenirs me reviennent en mémoire. La dernière fois que j’étais ici, c’était pour « Le condamné à mort » avec Jeanne Moreau. Souvenirs merveilleux et drôles avec le recul. La colère de Jeanne qui ne voulait pas dormir à Roscoff et faire de la route après le concert, car il y avait une tempête de neige. La chute que je lui ai évitée dans un escalier et qui aurait pu lui être fatale. Frémissement d’horreur rétroactif. Edith est là pour la semaine et intervient tous les soirs sur « Saudade ». Ce soir j’ai le trac. Ma voix commence à fatiguer avec ce rythme et sais que le public ici est difficile. Pourtant la salle est chaude et nous porte haut une fois de plus. Le concert est nerveux. Les musiciens sont vraiment des tueurs. Nous commençons bien la semaine. Après le concert je retrouve Mars mon ancien bassiste. Joie de le revoir. Il m’offre une version hand made de son nouvel album « Bienvenue dans l’espace ». Miossec est aussi venu nous voir. Je l’aime beaucoup, mais il y a trop de monde backstage pour communiquer.

23 décembre
le mot de la fin d’Etienne sur le Diskönoir Tour 2014

Bye Bye Diskönoir !!!!!
Merci merci merci à toutes celles et tous ceux qui sont venus nous rejoindre pendant cette folle tournée. Des souvenirs lumineux, inoubliables grâce à vous. Amour.

Etienne

27 juin 2015

Nous y sommes enfin. Tous les 6 à réarranger, retailler, préparer les chansons des shows de juillet et août. Les doigts d’une main , Mako, Marcello Giuliani, François Poggio et deux nouveaux musiciens par rapport à la précédente tournée: Matthieu Rabatté à la batterie (Album Réévolution, Réévolution Tour,…) et Jean -Louis Piérot (Album Corps et armes, Les chansons de l’innocence retrouvée, Tournée Paris Ailleurs, Tour martien…). La tension et l’excitation montent.

Etienne

9 juillet 2015
festivals Les Eurockéennes (Belfort) et Beauregard (Hérouville Saint-Clair) les 4 et 5 juillet

photos Matthieu Rabaté et Ouest France

Grisé par les bonnes vibes du Diskönoir Tour et des festivals de l’été dernier ( entre autres Les vieilles Charrues, Fourvières, magique…), j’ai annoncé à la surprise des personnes avec lesquelles je travaille, que je voulais refaire une tournée des festivals cette année. Soit. Me voici donc à nouveau sur les routes, avec mon groupe adoré (Mako : Guitare, Marcello Giuliani : Basse, Matthieu Rabaté : Batterie, François Poggio : Guitare, Jean-Louis Piérot : Claviers) et une équipe technique vraiment parfaite et sur laquelle nous pouvons nous appuyer. Damien Bertrand au son et Yossi Dehri pour les lumières. J’ai voulu un show basé sur des titres au tempo rapide et majoritairement des tubes. J’ai ajouté Jungle Pulse, Duel Au Soleil et Réévolution que j’adore jouer et qui me semble tellement d’actualité.

14 juillet 2015
Francofolies La Rochelle, Pause Guitare à Albi et Les Déferlantes à Argelès-sur-Mer concerts des 10, 11 et 12 juillet​

Semaine de trois concerts d’affilée avec l’avantage que nous prenions nos marques et améliorons le set. Désavantage, la grande fatigue due aux longs trajets en bus. Nous arrivons à la Rochelle. Je n’y ai pas joué depuis 1993 ou je partageais l’affiche avec Dutronc. J’ai un mélange d’excitation et d’appréhension. Je suis très attendu et les Francofolies sont un lieu de concentration de tout le showbiz parisien, prêt à vous massacrer en cas de faux pas. Bon signe, lorsque j’arrive, Je vois Rone et François Marry. Je suis hyper heureux de les voir. Repos l’après midi à l’hôtel ou j’essaie en vain de dormir. Antoine Carlier est venu prendre quelques images de scène pour le documentaire qu’il prépare sur moi. Le climat est bon, pas trop chaud, pas comme la semaine dernière. L’accueil est dingue, mais bizarrement, je ressens que le show à du mal a décoller. Week end à Rome, seul sur le proscenium, en duo avec le public, me donne la chair de poule. A partir de ce moment, le show est déroulé tambour battant par le groupe, impeccable. Les lumières de Yossi Dehri sont magiques. En sortant de scène, j’apprends que la console de façade à eu une panne sur la première moitié du show, avec des interruptions de son. Gérard Pont à l’air content, mais pour moi c’est la déprime. Tout le monde se donne tellement de mal pour que tout soit parfait et nous sommes bêtement piégés par la technique. Très frustrant malgré des réactions enthousiastes, comme celles de Gérard Manset que je respecte infiniment. Damien Bertrand qui fait le son est aussi miné que moi. Mon manager Pierre Alexandre Vertadier, relativise, très pragmatique. Il a raison. Nous nous consolons les uns les autres dans le bus qui nous amène à Albi. 11 heures de route.

24 juillet 2015
Arènes de Nimes – concert du 21 juillet​

Je rejoins les musiciens à la gare de Lyon. Nous allons à Nîmes en train. Heureux de les retrouver. Je modifie la setlist car le show ce soir est plus long que d’habitude. Nous n’avons pas joué depuis une semaine, il n’y aura pas de balance son et il fait plus de 40 degrés. Pour vous donner une idée, cela équivaut à entrer en costume dans un sauna. Des tas de raisons de s’angoisser. Je suis logé dans un hôtel sublime ou je me repose de ma courte nuit. Tout TS3 et Pierre Alexandre sont là pour m’accompagner ce soir. Avant de quitter l’hôtel, je passe un moment avec Joan Baez qui m’apaise. Je la trouve sublime. Je viens de voir un doc sur son parcours. Je repense au couple artistique qu’elle forma avec Dylan, tous deux magnifiques activistes, amoureux de la liberté. Le doc passe sur Arte samedi soir, 25 juillet à 22h20. http://www.arte.tv/guide/fr/042212-000/joan-baez.

31 juillet 2015
Paléo Festival à Nyon – 26 juillet

Nous nous retrouvons à la gare de Lyon direction Genève pour jouer au Paleo ce soir. Après la canicule de Nîmes, il pleut des trombes à Nyon. De la boue partout. Il y a ce soir une espèce d’excitation palpable. Nous sommes impatients de monter sur scène. La pluie ne se calme pas. La dernière fois que nous avions joué à Nyon, il y avait eu un orage phénoménal pendant mon concert. C’était très beau et le public était tout de même resté. Dès les premiers coups de cymbales du « Satori thème » d’ouverture, nous sentons que le show va être puissant, festif. Le public est là, chaud malgré la pluie. Sur scène, nous ne formons qu’un. Le show passe à toute allure. Gros succès.

24 août 2015
20 août au Cabaret vert à Charleville-Mézières, 21 août au Brussels Summer Festival à Bruxelles​

3 semaines sans jouer et l’angoisse de ne plus savoir comment affronter la scène. Reprovoquer ce drôle de déclic qui fait que l’on fabrique une zone d’inconscience qui permet de se montrer devant des milliers de gens. La veille, j’ai organisé à la hâte une petite répétition chez moi, histoire de se remettre les chansons en tête. Nous répétons avec Matthieu, François et Marcello. Et je retrouve la bonne et rassurante impression de l’unité du groupe. Nous nous retrouvons à la gare de Lyon sous une pluie battante pour prendre le bus pour Charleville Mézières. La ville d’un de mes héros d’enfance, Arthur Rimbaud. A notre arrivée, nous avons, chose rarissime, la possibilité de répéter pendant une heure et de retrouver nos marques. Heureux de retrouver l’équipe, les musiciens et Laurie, mon personal guru. Il a beaucoup plu et il y a des flaques de boue partout. Mais au cours de l’après midi le soleil réapparait. Dément. Le trac est monté tout l’après midi doucement et sûrement. Au moment de monter sur scène j’ai les jambes coupées. Il y a plus de 20 000 personnes. J’attaque « Satori thème » et la magie opère. Je me laisse porter par un public très chaud. Je retrouve ce plaisir inexplicable d’être sur scène et de partager ces moments suspendus. Depuis le début de la tournée, je joue presque tout le temps avec Christine and the Queens mais je ne l’ai pas encore rencontrée. Les organisateurs de concerts ont considéré que l’association des deux faisait une bonne affiche et effectivement ça fonctionne très bien. Elle est vraiment sweet et je suis content de la rencontrer. Elle me dit qu’elle est fan de moi mais qu’elle est trop timide pour venir me parler. Ce soir je dors sur place. Je retrouve à l’hôtel des amis qui ont fait le voyage de Paris pour venir me voir. Je me sens bien.

31 août 2015
concert de rentrée à Dijon, le 28 août, Rock en Seine à Saint-Cloud (Paris) le 29 août

Nous nous retrouvons gare de Lyon pour partir à Dijon, avant dernière date de la tournée. Je ne me suis pas reposé et plus je suis fatigué, plus j’ai le trac. C’est la mairie qui organise ce concert de rentrée. Dès mon arrivée, on m’annonce qu’un groupe qui s’oppose à un projet immobilier de la mairie, à placardé partout des affiches de moi qui prétend que je soutiens leur cause et que j’annule mon concert par solidarité avec eux. Une vidéo qui me montre interviewé par un renard avec une fausse voix (entre nous je trouve la vidéo assez désopilante), est également mise en ligne. Tout cela crée une espèce d’agitation des communicants pour informer que je n’annule pas le concert. Il fait une chaleur de brute et après une balance rapide je pars me reposer à l’hôtel ou il faut être diplômé ou au moins avoir un mode d’emploi pour comprendre comment on éteint, allume les lumières, comment marche la douche, etc…Ce soir le concert est gratuit et nous jouons sur une place sublime. Il y a aussi The Shoes que j’aime beaucoup (ils avaient remixé deux versions de « Amoureux Solitaires » pour moi) et aussi Club Cheval. La place est noire de monde et la chaleur est suffocante. Il y a de l’électricité dans l’air et le show est très énergique. Le public, très chaud, danse et chante avec nous. Gros succès. La réalisatrice Stéphanie Vasseur me retrouve à l’hôtel et me propose un premier rôle dans son prochain film. C’est la pleine lune. Il y a des lumières bleues et rouges dans la chambre que je n’arrive pas à éteindre. Je n’arrive pas non plus à trouver le sommeil. Plein de scenaris catastrophe se bousculent dans ma tête pour le concert de demain. Caaaalme, caaaaalme….