POP SATORI – SATORI TOUR – UNE NUIT SATORI A L’OLYMPIA

Cet album renferme un mélange de toutes mes influences littéraires et cinématographiques, transposées dans le Paris de 1986. L’hédonisme, la fête, ses gueules de bois, la liberté sexuelle, l’étourdissement, la nostalgie de l’existentialisme de Saint-Germains-des-Prés. « Les illuminations » de Rimbaud.

Etienne (livre Dahodisco de Benoît Cachin)

– 1er avril 86 : sortie de l’album
– d’octobre à décembre 86 : la tournée Satori Tour
– 1987 : sortie du live Une nuit Satori à l’Olympia (VHS)
– 2006 : sortie en réédition Pop satori Deluxe
– 31 octobre 2011 : sortie dans la Deluxe Remastered Collection

 

ALBUM & TEXTES
Satori thème (Etienne Daho/Arnold Turboust)
Le pop satori n’est pas un pas qui se danse froid
Epaule tattoo (Etienne Daho/Arnold Turboust)
Audace, indécence exigées / Blocus pour qui souhaite s’immiscer / Ce night club où le jazz est prisé / Réticence pour qui souhaite s’y glisser / Par le tempo possédée, sur la piste verglacée / Da dap dap dap / Par le tempo possédée, je l’ai vue danser / Ce night à l’admission privée / Entasse une foule électrisée / Par le tempo possédée, sur la piste verglacée / Da dap dap dap / Par le tempo possédée, ma Suzy dansait

Au Taboo, pas besoin de bagou / Son épaule est tattoo,  tattoo / Là, sur sa peau gravé, à l’encre bleue dessiné / Da dap dap dap / Là sur sa peau gravé, un tattoo bleuté

Audace, indécence exigées / Blocus pour qui souhaite s’immiscer / Ce night club où le jazz est prisé / Rictus crispé pour qui s’fait jeter / Vous avez sollicité mes bas instincts suscité / Da dap dap dap / Vous m’avez sollicité j’pouvais pas lutter

Ooh, Taboo, mais ce mot est à vous / Ton épaule est tattoo, t’es toute à moi / Ooh, Taboo, mais ce mot est à vous / Ton épaule est tattoo, t’es toute à moi

Je ne sais c’qui s’passa, Suzy dans le vice, versa / Da dap dap dap / Vice et vice et versa, quand Suzy céda / Vice et vice et versa, Suzy dans le vice versa / Da dap dap dap / Vice et vice et versa, dans le vice, versa

Paris, le Flore (Etienne Daho/Stuart Moxham)
Après-midi, Paris c’est fun, en terrasse, attablé / Regards lourds de sens et connivence pour qui cherche une main / Je n’attends vraiment rien, je viens pour y lire des bouquins / Artaud, Miller puis faut qu’j’aille / Traîner sans raison

De pleurs en frimes, Paris déprime, Saint-Germain s’illumine / Se fondre à la foule, dans la ville aux rencontres faciles / Je n’fais guère attention, les dessins qu’j’ai dans ces cartons / Sont mon unique passion / L’art est ma raison

Chorus
Si jamais d’aventure, je recherche l’aventure / Café Paris, Le Flore, où tu me dis je t’adore

Après-minuit, Paris c’est fun, attablé, détaché / Regards lourds de sens et connivence pour qui cherche une main / Je n’attends vraiment rien, je viens pour y lire des bouquins / Artaud, Miller puis faut qu’j’aille / Traîner sans raison

Pop égérie O. (Etienne Daho)
Règle d’or, motus bouche cousue nos corps à corps / Règle d’or, mystères et boules de gomme en somme

Liaison dangereuse, let’s play / Passions orageuses, let’s play

Ma muse ignore le péché, s’amuse, le jeu prime / Séduction pour jeux de peau, puis elle déprime

Belle et amorale, let’s play / Parfum de scandale, let’s play / Parfum de scandale, oh baby let’s play

Maquillons nos crimes…

Zigzag dans Paris la nuit, se griser, jazz à gogo / Ongles rouges et talons hauts / Dans les mains un verre d’alcool, un bol de coco / Arrogante et verbe haut / Zigzag dans Paris la nuit, égérie O.

Règle d’or, motus, bouche cousue nos corps à corps / Règle d’or, mystères et boules de gomme en somme

Puisque l’on se plait, let’s play / Puisque l’on se plait, Oh baby let’s play

Nos amours que l’on grime…

Chorus

T’es ma pop égérie, y’a qu’toi qui m’étonne / Mais ma poupée chérie, la nuit pour la galerie t’en fais des tonnes

Chorus

Quelqu'un qui m'ressemble (Etienne Daho/Arnold Turboust)
On s’ressemble, c’est fou c’qu’on ressent / Du moins c’est ce qu’il me semble, on s’ressemble / On est bien ensemble et quoiqu’on en pense / Etre ensemble en confidence est pure chance

On s’ressent, c’est à n’y rien comprendre / Tant on se ressemble, on s’ressent / Qui s’ressemble, se rassemble, qui s’ressemble s’assemble / J’cherchais partout quelqu’un qui m’ressemble

On s’ressemble, c’est fou c’qu’on ressent / Du moins c’est ce qu’il nous semble, on s’ressemble / Et puis se confondre, à la nuit se fondre / Seul dans cet hôtel à Londres, me morfondre

Plus de comptes à rendre, ne plus se surprendre / Ailleurs se méprendre, se détendre / Qui s’accorde, se raccorde et se désaccorde / Chercher ailleurs quelqu’un qui t’ressemble

Plus de comptes à rendre, ailleurs se méprendre / Même ailleurs s’éprendre, s’en défendre / Qui s’ressemble, se rassemble et se désassemble / S’casser ailleurs faire c’que bon me semble / Mais tu r’viens

Tombé pour la France (Etienne Daho/Arnold Turboust)
Be bop, pieds nus sous la lune, sans foi ni toit ni fortune / Je passe mon temps à faire n’importe quoi /Sur les pistes noires de préférence, quand le démon de la danse / Me prend le corps, je fais n’importe quoi, tout va bien

Sur un jerk électronique, se nouent des amours ludiques / Be bop la vie c’est n’importe quoi / C’est la fête, c’est psychadélique, me demande pas c’que j’fabrique / Je te répondrais n’importe quoi, j’en sais rien

Chorus

Dum di la, je m’étourdis, ça ne suffit pas / A m’faire oublier que t’es plus là / J’ai gardé cette photo sur moi, ce photomaton que t’aimais pas / Si tu r’viens n’attends pas qu’au bout d’une corde mon corps balance

Be bop, pieds nus sous la lune, sans foi ni toi ni personne / Je crois bien que j’f’rais n’importe quoi / Pour te voir cinq minutes encore à Sables d’or près des dunes / Je te raconterai n’importe quoi, ce sera bien

Dum di la, je m’étourdis ça ne suffit pas / A m’faire oublier que t’es plus là / J’ai gardé cette photo sur moi, ce photomaton que t’aimais pas / Si tu r’viens n’attends pas que je sois tombé pour la France

4000 années d'horreur (Etienne Daho/Rico Conning)
Dans mon château, je vivais tranquille / Quelques farces enfin bref la routine / Le jour où elle s’est installée / En l’air, suspendu j’me suis figé / Ectoplasme transi, elle passe à côté de moi sans me voir

Chorus

Toutes les nuits à travers les murs, dans le château hanté, je murmure / Des mots très doux, ma passion s’déchaîne / Toutes les nuits je fais sonner mes chaînes pour toi

Elle n’aime que les nains, que les gnomes / Qu’après les clubs elle ramène à l’aube / Témoin d’étreintes et de secousses / J’me souviens plus c’que c’est la peau douce / Car je suis un fantôme, son regard me traverse sans me voir / Car je suis un fantôme, son regard me traverse sans me voir

Chorus

J’suis fidèle à ma réputation j’fais des frayeurs à tous ces garçons / Mais leur esprit cartésien m’exaspère / Plus personne ne croit aux fantômes, aarrgg !!!!!

Chorus

J’suis excédé, à bout de patience, j’ai mis au point une ultime vengeance / Ta vie onirique sera hantée par mon image / 4000 années d’horreur !

(qui sera) Demain, mieux que moi (Etienne Daho)
Pas bouger, pas toucher, tester du pied, pas s’mouiller / C’est ma première nuit chez toi, nuit noire, nuit blanche assurée pour moi / Dormir je suppose, serait sage chose, dormir je m’impose ! / ooh ooh

Pas bouger, pas s’toucher, tester du pied, pas s’mouiller / C’est ma première nuit chez toi, nuit noire, nuit blanche assurée pour toi / Tout près tu reposes, avant que j’implose, peu importe j’ose / ooh ooh

Chorus

Mieux que moi, qui sera demain mieux que moi ?

Tester du bout de l’orteil mon sommeil, tu sais bien qu’au fond je veille / Pas besoin de prose, avant que j’explose, peu importe, j’ose / ooh ooh

Pas boudé, j’suis touché, testé du pied, j’suis mouillé / Envie d’une chose, pratiquer l’osmose, rien ne s’y oppose / ooh ooh

Chup, chup, mieux que moi

Sur tes lèvres roses, un baiser je pose / Sur tes lèvres closes, c’est l’apothéose ! / Sur tes lèvres roses, un baiser je pose / C’est l’apothéose / ooh ooh

Mieux que moi, qui sera demain mieux que moi

Pari à l'hôtel (Etienne Daho)
Je deviens fou dans cette chambre d’hôtel / Accompagné par celle qui n’est pas toi / Que me reste-t-il, une fois mes fringues ramassées ? / Que des draps froissés, que des gestes agacés

Mercredi lourd, dans cette chambre d’hôtel / Muet, je t’appelle pour de nouvelles étincelles / Pour course poursuite dans les couloirs de l’hôtel

Je te donnerai rendez-vous, pari à l’hôtel / Pour se retrouver comme avant

Un labyrinthe où je te cherche / Un couloir où je t’appelle, ma voix résonne

J’aimerai pouvoir t’oublier de temps en temps

J’deviens marteau, dans cette chambre d’hôtel / Accompagné par celle qui n’est pas toi / Muet, je t’appelle pour de nouvelles étincelles  /Pour histoire à suite, dans les couloirs de l’hôtel

Mercredi nul, pari à l’hôtel, j’avais besoin de son épaule

Si t’es plus là, j’aime plus rien / Si t’es plus là, j’suis plus rien, j’suis plus personne

J’aimerais pouvoir t’oublier ce soir

Pari perdu, pari à l’hôtel, j’avais besoin de ton épaule

Si t’es plus là, j’deviens branque / J’entends plus rien, tu me manques, j’aime plus personne

Pari perdu, pari à l’hôtel, j’avais besoin de ton épaule…

Duel au soleil (Robert Farrel/Jérôme Soligny)
Satanée pleine lune rousse triangle des Bermudes / J’fais rimer latitude, solitude et incertitudes  / Entre deux surprises-parties, tu m’as surpris, t’es partie / Seul je suffoque dans cette jungle, ça m’rend dingue, t’es partie

J’fais un vœu, le feu d’un duel au soleil / Je rêve d’un duel avec toi / Prise au piège tu te rendras / Provoc et duel avec toi

L’horizon s’éclaircit, sublime, le soleil s’est levé /Dans le rôle d’une rebelle des sables, enfin tu apparais / Défiant toutes tes attitudes, dans les dunes, caché /Je n’te laisserai aucune chance, pas de chance

J’fais un vœu, le feu d’un duel au soleil, / Je rêve d’un duel avec toi / En haut d’la falaise tu viendras / Provoc et duel avec toi / Me donner la fièvre au soleil / En haut de la falaise rebelle / Je veux un duel avec toi / Duel au soleil contre moi

Choix des armes, arme blanche, ta préférence ? / A ta guise, ton regard qui s’aiguise, insolent

J’fais un vœu, le feu d’un duel au soleil / Je rêve d’un duel avec toi / En haut de la falaise rebelle / Provoc et duel avec toi / Me donner la fièvre au soleil / En haut de la falaise rebelle / Je veux un duel avec toi / T’es prise au jeu tu te rendras / Duel au soleil contre moi

Satori pop century (Etienne Daho/Arnold Turboust)
Satori pop, pop satori / S.A.T.O.R.I, ça s’écrit / Satori pop, pop, pop satori

Mais non, c’n’est pas encore une chanson d’amour / C’est une chanson sur beaucoup mieux que ça / C’est un hymne à beaucoup plus flash / C’est une chanson sur la lumière / C’est une chanson sur les détails / Sur la nervosité fébrile lorsque tu m’touches et que tu m’pinces

Laissons nous bercer d’illusions, berner

Toi et moi petits enfants du siècle, neufs, affolés / Illuminés complètement / Réunis par hasard pour le luxe et le mieux / Reste debout près de moi mon enfant pop sacré / Pour que ma joie demeure / C’est une musique sur le feu qui nous habite, mon bébé

Laissons nous bercer d’illusions, berner

Hey, t’as vu la lumière, c’est quoi ? / C’est une chanson sur les détails de nos rencontres / Un vingt deux février de l’année pop, pop au soir.

Laissons-nous bercer d’illusions, berner

Mais non c’n’est pas encore une chanson d’amour / C’est une chanson exaltée et naïve sur la lumière / Et aussi sur les détails

En guise d’épilogue, ouvrons la dialogue / Mission tous deux, euphorie synchrone

Late night (Syd Barrett)
When I woke up today / And you weren’t there to play / Then I wanted to be with you / When you showed me your eyes / Whispered love at the skies / Then I wanted to stay with you / Inside me I feel alone and unreal / And the way you kiss will always be / A very special thing to me…

When I lay still at night seeing / Stars high and light / Then I wanted to be with you / When the rooftops shone dark / All alone (I) saw a spark / Spark of love just to stay with you / Inside me I feel alone and unreal / And the way you kiss will always be / A very special thing to me…

If I mention your name / Turn around on a chain / Then the sky opens for you / When we grew very tall / When I saw you so small / Then I wanted to stay with you / Inside me I feel alone and unreal / And the way you kiss will always be / A very special thing to me…

LIVE UNE NUIT SATORI A L’OLYMPIA (VHS)

Satori thème  –  Signé Kiko  –  Le grand sommeil  –  4000 années d’horreur  –  Swingin’London  – Arnold Layne  –  Paris, le Flore –  Duel au soleil  –  Et si je m’en vais avant toi  –  Tombé pour la France  –  Pop égérie O.  –  Week-end à Rome  –  Satori pop cenury  –  Sortir ce soir  –  Demain, mieux que moi  –  Epaule tattoo

 clips

Le grand sommeil  –  Week-end à Rome  –  Tombé pour la France  – Epaule tattoo  –  Paris, le Flore  –  Duel au soleil

DELUXE REMASTERED COLLECTION

disque 1
album original
+
Satori thème
(version « Jack in Paris »)
Epaule tattoo (extended version)
Epaule tattoo (remix William Orbit)
Tombé pour la France (remix Fischerspooner)
(qui sera) Demain, mieux que moi (single mix Rico Conning)
Duel au soleil (extended version)
Duello al sole

disque 2
Satori thème (live 86)
Epaule tattoo (live 86)
4000 années d’horreur (live 86)
Paris, le Flore (live 86)
Quelqu’un qui m’ressemble (live 86)
Pop égérie O. (avec la participation d’Elli Medeiros)(live 86)
(qui sera) Demain, mieux que moi (live 86)
Duel au soleil (live 86)
Tombé pour la France (live 86)
Satori pop century (live 86)
Late night (live 86)
So in love (feat. Orchestral Manoeuvres in the Dark)
Sweeter than you
Soleil de minuit (mix Sombre romance)
Soleil de minuit (mix Graine de violence)
Satori pop century (démo 86)
Love at the first sight (démo 86)
(qui sera) Demain, mieux que moi (démo 86)
Quelqu’un qui m’ressemble (démo 86)
Centerfold romance (démo 86)

© Jean-Yves Legras

PERIODE RELATIVE AU SATORI TOUR ET NUIT SATORI A L’OLYMPIA

  • annonce du concert dans le journal Le Matin – 14/10/86

  • Pauvre Etienne Daho (article relatif à l’émission Embarquement immédiat) – 24 Heures – 13/05/87

CLIPS OFFICIELS

Paris le Flore

Epaule tattoo

Tombé pour la France
EMISSIONS TELE

ROX-BOX
RTBF – 1986

Effraction
interview
France  Régions 3 – 20/05/86

DAHOMD (extrait)
« So in love » avec Orchestral Manoeuvres in the Dark
10/86

Carabine FM
TSR – 20/03/87

Carabine FM
« Duel au Soleil »
TSR – 20/03/87

Embarquement immédiat pour Londres
France 3 – 05/87
PASSAGES TELE

Midi public
« Duel au soleil » & interview
RTS – 1986

Midi public
« Pop Egérie O »
RTS – 1986

Midi public
« 4000 années d’horreur »
RTS – 27/02/87
AUTRES

Trans Musicales
Rennes soir – France Régions 3 – 09/12/86

Embarquement immédiat pour Londres (extrait)
« Late night »
France 3 – 05/87

« Tombé pour la France »

Etienne Daho, affiche du Satori tour
LES DATES

octobre
15 : REIMS // 16 : CAEN // 17 : FLERS // 18 : MONS //21 au 28 : Olympia PARIS

novembre
5 : CLERMONT-FERRAND // 6 :  GENEVE // 7 : LYON // 8 : NANCY // 10 : AIX-EN-PROVENCE //11 : NICE // 12 : MONTPELLIER // 13 : CASTRES // 14 : PAU // 15 : BORDEAUX // 16 : TOULOUSE // 18 : LIMOGES // 19 : BOURGES // 20 : SAINT-ETIENNE // 21 : VOIRON // 23 : STRASBOURG // 24 : MULHOUSE // 26 : LILLE // 27 : LAON // 28 : Cirque royal BRUXELLES // 30 : ORLEANS

décembre
2 : ROUEN // 3 : TOURS // 4 : ANGERS // 5 : NANTES // 6 : SAINT-BRIEUC // 9 : RENNES (Transmusicales)

LA SETLIST

Satori thème – Epaule tattoo – Signé Kiko – 4000 années d’horreur – Swingin’London – Arnold layne – Le grand sommeil – Paris le Flore – Quelqu’un qui m’ressemble – Pop Egérie O – Demain mieux que moi – Duel au soleil – Et si je m’en vais avant toi – Adélaïde (interprété par Arnold Turboust et Zabou) – Week end à Rome – Tombé pour la France – Satori Pop Century – Mythomane – Late night – After hours

guests : Elli Medeiros (Pop Egerie O) et Zabou (Adélaïde)

LES MUSICIENS

Chuck Sabo : batterie
François Daniel : basse
Xavier « Tox » Geronimi : guitare
Arnold Turboust et Olivier Lanneluc : claviers
Frédéric Wallich : sax & percussions

choristes : Bruce Johnson et Aliss Terell


© Youri Lenquette

Pop Satori – album  de platine
Embed from Getty Images Embed from Getty Images
Embed from Getty Images

Quelques photos d’Etienne aux Transmusicales de Rennes, concert du 9 décembre 1986,  encore à visionner sur le site Mémoires de Trans ici

Vous êtes l’auteur d’un des clichés publiés sur le site et vous ne désirez pas qu’il y figure ? Contactez-moi et il sera supprimé.