LA NOTTE LA NOTTE… – ETIENNE DAHO E GRUPO

– 3 mars 84 : sortie de l’album (produit par Frank Darcel)
– 14 juillet 84 : sur scène à  la Dancetaria à New York
– décembre 84 : il est l’invité d’honneur des Comateens et chante à Rennes et à Rouen
– mars – avril 85 : tournée Etienne Daho e grupo
– 18 mars 1985 : 1er Olympia

« J’ai fait l’Olympia un lundi soir de mars 1985. Je ne me souviens pas d’avoir eu le trac alors que, d’habitude, je jouais dans de petites salles. J’étais étrangement calme. j’ai simplement répété l’après-midi et, le soir, je suis monté sur scène. Mes tantes sont venues me voir, peut-être ma mère les accompagnaient-elles… Elles avaient tellement peur que la salle soit vide qu’elles étaient arrivées avec leurs amis et avaient réservé un rang entier ! Finalement ils étaient les seuls adultes dans la salle. (rires) Les gens connaissaient mes chansons par coeur. Ce fut un énorme succès auquel je ne m’attendais pas. La belle surprise !

Etienne (livre Dahodisco de Benoît Cachin)

– 1995 : réédition dans le coffret Pop Zone
– 31 mars 2014 : sortie dans la Deluxe Remastered Collection

 

ALBUM & TEXTES
Week-end à Rome (Etienne Daho)
Week-end à Rome, tous les deux sans personne / Florence, Milan, s’il y a le temps / Week-end rital, en bagnole de fortune / Variette mélo à la radio

Week-end rital, Paris est sous la pluie / Bonheur, soupirs, chanson pour rire / Chanson ritale, humm, chanson ritale pour une escale

Week-end à Rome / Afin de coincer la bulle dans ta bulle / D’poser mon coeur bancal dans ton bocal, ton aquarium

Une escapade à deux, la pluie m’assomme / L’gris m’empoisonne, week-end à Rome / Pour la douceur de vivre, et pour le fun / Puisqu’on est jeunes, week-end rital / Retrouver le sourire, j’préfère te dire / J’ai failli perdre mon sang froid / Humm, j’ai failli perdre mon sang froid

Oh j’voudrais, j’voudrais / J’voudrais coincer la bulle dans ta bulle / Poser mon coeur bancal dans ton bocal, ton aquarium

Il vento nei capelli / Caro, accelere e alza la radio / Humm, la notte, la notte

Humm, chanson ritale pour une escale

Oh, j’voudrais tant / J’voudrais tant coincer la bulle dans ta bulle / Et traîner avec toi qui ne ressemble à personne

Signé Kiko (Etienne Daho/Arnold Turboust)
Tout l’après-midi à regarder la pluie / S’en est fallu d’peu pour qu’il en meure d’ennui / S’il avait des sous s’enfuirait loin d’ici / Dans son île retrouver ses amis / Dans son île où l’attend Lolly

Ses dernières lettres parlent de soleil / De journées lumière, de plaisir au réveil / De poissons dorés, de bateaux, de merveilles

Mais ici, le ciel gris le désole / Mais ici, sa couleur l’isole

Lolly attends-moi, je reviendrai bientôt / J’me débrouillerai par avions par bateaux / Lolly attends-moi je reviendrai bientôt / J’me débrouillerai par avions par bateaux / Signé Kiko

Le grand sommeil (Etienne Daho)
Je ne peux plus me réveiller, rien à faire / Sans moi le monde peut bien tourner à l’envers / Engourdi par le sommeil et prisonnier de mon lit / J’aimerais que cette nuit dure toute la vie

En partant tu m’as mis le coeur à l’envers / Sans toi la vie est devenue un enfer / Entortillé dans mes draps je crois me souvenir de toi / Lorsque tu disais tout bas que tu n’aimais que moi

Tout ce qui se passe au dehors m’indiffère / Que le monde saute ce n’est pas mon affaire / Dans ces draps bleus traîne encore l’odeur de tes cheveux / Ce bleu infiniment bleu que j’trouvais dans tes yeux

Lorsque je rêve tu es tout près de moi / C’est la seule façon de rester avec toi / C’est la raison pour laquelle je n’veux plus quitter mon lit / Pour qu’enfin toutes les nuits durent toute la vie

Promesses (Etienne Daho/Frank Darcel)
Vois, l’aube est pleine de promesses / Chinoise aux sombres mobiles / Les nuages se pressent et les étoiles filent / Demain est presque là, éclaire une autre ville

Les rues sont pleines de promesses / Mobiles et ombres chinoises / L’air frais claque, se tend / Balaye tes cheveux / J’ai les doigts sur tes tempes, tu fermes les yeux

J’aimerais te parler de ballades sur le port / Et de trésors cachés dans les rochers le soir / J’aimerais simplement te changer les idées / J’aimerais simplement chasser tes idées sombres

La lune est pleine de promesses / Exauce les voeux les plus fous / Oublie visages vides et avides / Laisse ces soucis où hélas tu te prélasses tant

Je voudrais te parler de croisières sans fin / De signes et de mots sur le sable gravés / Je voudrais simplement te changer les idées / Je voudrais simplement chasser tes idées sombres

Je voudrais te parler de ballades sur le port / Et de trésors cachés dans les rochers le soir / Je voudrais simplement te changer les idées / Pour que tu puisses enfin chasser mes idées noires

Poppy Gene Tierney (Etienne Daho/Arnold Turboust)
Swimming, swimming, swimming / Looking for your ship, swimming

Ellen, Laura, Poppy / Laura, Poppy Gene TIERNEY

Other side of the world

Walking, walking, walking / Looking for your smile, walking

Ellen, Laura, Poppy / Laura, Poppy Gene TIERNEY

And the screen filled with cold blue eyes / Where you take everything that’s yours

Ellen, Laura, Poppy / Laura, Poppy Gene TIERNEY

Ellen, Laura, Poppy / Laura, Poppy Gene TIERNEY

And the screen filled with cold red lips / Where you take everything that’s yours

From icy deserts to frozen palaces / From toxic loves in the Shanghaï hell / Never do I tire of your travel

And then you close your lovely blue eyes / I think of other places and skies / And then you close your lovely blue eyes

And your cold blue eyes / On the screen, there’re your cold blue eyes, cold blue eyes

Ellen, Laura, Poppy, Laura Poppy Gene TIERNEY / Ellen, Laura, Poppy, Laura Poppy Gene TIERNEY

And the screen filled with cold blue eyes / And the screen with filled cold red lips

From icy deserts to frozen palaces / From toxic loves in the Shanghaï hell / Never do I tire of your travel

And then you close your lovely blue eyes

I’m in love, I’m in love with Gene TIERNEY’s eyes

Sortir ce soir (Etienne Daho/Frank Darcel)
De cocktails subtils en filles dociles / De discours faciles en regards mobiles

La nuit brille de tous ses feux / Night club, paradis pour tous ceux / Qui cherchent Dieu sait qui Dieu sait quoi

De frissons faciles en propos futiles / De dragues habiles en automobile

Ce soir, je n’ai d’yeux que pour toi / Qui cherche Dieu sait qui Dieu sait quoi

Je vais encore sortir ce soir / Je le regretterai peut-être / Je vais encore sortir ce soir / Je le regretterai sans doute

De cocktails subtils en filles dociles / De discours faciles en regards mobiles

Enfin quelques verres nous rapprochent / Enfin je crois qu’c’est dans la poche / Je cherche Dieu sait qui Dieu sait quoi

Je vais encore sortir ce soir…

Et si je m'en vais avant toi (Françoise Hardy)
Et si je m’en vais avant toi / Dis-toi bien que je serai là / J’épouserai la pluie, le vent / Le soleil et les éléments / Pour te caresser tout le temps

L’air sera tiède et léger / Comme tu aimes

Et si tu ne le comprends pas / Très vite tu me reconnaîtras / Car moi je deviendrai méchant / J’épouserai une tourmente / Pour te faire mal et te faire froid

L’air sera désespéré comme ma peine

Et si pourtant tu nous oublies / Il me faudra laisser la pluie / Le soleil et les éléments / Et je te quitterai vraiment / Et je me quitterai aussi

L’air ne sera que du vent / Comme l’oubli

Laisse tomber les jaloux (Etienne Daho/Frank Darcel)
Night club, je te cherche, je te trouve, y’a trop de monde / Night club, Tequila, je m’enivre, je parle trop, bien trop

A quoi servent les mots, m’embarrassent plutôt / J’préfère tes gestes

Night club, slow cha cha, tu chavires, j’suis pas de bois / Night club, slow cha cha, tu chavires, j’suis pas de bois

Les lumières font le fête et sont pas les seules, j’me laisse aller / J’me laisse aller, lentement, j’me laisse aller

Laisse tomber, les jaloux, montrons-nous / Puisqu’on est bien, le monde peut nous mater, peu importe / Laisse tomber les jaloux, montrons-nous / Puisqu’on est bien, reste-là, encore une danse, encore une danse

Jack, tu n'es pas un ange (Etienne Daho)
Le port est à deux pas d’ici / Les marins boivent sans souci / Le port est à deux pas d’ici / Les marins boivent sans souci / Jack

Mais un drame se trame / Cachez-vous brave dame / Car un homme sans âme / Voudrait bien vous faire tâter d’son arme

Dans ce quartier louche, mal famé / Où se cachent des loups affamés / Dans ce quartier louche, mal famé / Où se cachent des loups affamés / Jack

Une fille blanche et grasse / A l’ombre d’une impasse / Brave pour quelques passes / Le danger qui rôde et qui la glace

Humm, Jack, tu n’es pas gentil / Humm, Jack, tu n’es pas gentil

You’re lookin’ high, you’re lookin’ low, Jack...

Humm, Jack, tu n’es pas gentil / Humm, Jack, tu n’es pas gentil / Humm, Jack, tu n’es pas gentil

Pas de chance Jack la repère / Et l’empoigne d’une main de fer / Pas de chance Jack la repère / Et l’empoigne d’une main de fer / Jack

Elle cède sous la force / De ses assauts féroces / Implorant la clémence / Tandis qu’il la rosse avec démence

Sorti tout droit de l’enfer, ce monstre légendaire / Fera la une des colonnes, une fois de plus
l’éventreur déconne

Humm, Jack, tu n’es pas gentil…

Saint-Lunaire, dimanche matin (Etienne Daho/Arnold Turboust)
La fête s’achève et les derniers se pressent / C’est comme dans un rêve et y’a plus rien à boire, bonsoir

Dans le vestibule où nos regards se croisent / Vais-je enfin oser l’amener sur la plage, bonjour

C’est l’heure des folies permises, enfin / L’heure où je ne comprends plus rien

La fête s’achève, plus une cigarette / Mais toi, tu as compris, tu me suis sans rien dire, bonjour

C’est l’heure des délires permis, enfin / L’heure où je ne comprends plus rien / Tant d’alcool, ma tête est lourde / Un peu d’air frais me ferait du bien / La fête s’achève et les derniers se pressent / Y’a plus rien à boire, mais tes lèvres suffisent, bonjour !

DELUXE REMASTERED COLLECTION

disque 1
album original
+
Week-end à Rome (Villa Medecis mix by Mako)
Signé Kiko (Isolation mix by Marc Rae)
Le grand sommeil (Sweetlight’s remix edit)
Tombé pour la France (version maxi)
La ballade d’Edie S.
Et si je m’en vais avant toi (duo avec Françoise Hardy)
Chez les Yé-Yé
Arnold Layne
Sunday morning (mix alternatif)

disque 2
Signé Kiko (live Olympia 86)
Le grand sommeil (live Olympia 86)
Sortir ce soir (live Olympia 86)
Arnold Layne (live Olympia 86)
Week-end à Rome (live Olympia 86)
Tombé pour la France (live Olympia 86)
Promesses (live Zénith 89)

Beat Hotel (démo 82) (Etienne Daho/Arnold Turboust)
I wish I could be me / You wish you could be you / I wish I could forgive my mother  / You wish you could share my crazy sexlife / I wish I could be me / You wish you could be you / I wish I could be my twin brother / You wish you could fuck your parents / Take a chance, it’s just a dance / Have a drink, everything’s pink up here / I wish I could be someone else / You wish you could be a boy for a day / I wish I could release my anxiety / You wish you could understand my tensions / I wish I could listen to jazz / You wish you could read all Burroughs / I wish I could meet my heroes / You wish you could write sad songs / Take a chance, it’s just a dance / Have a drink, everything’s pink up here / I wish I could stop taking drugs / You wish you could have sex with me / I wish you could be me / You wish you could suck my dangerous dreams / I wish I could dance all night / You wish you could accept your destiny / I wish you could live without me / You wish you could lick my heart and soul / Take a chance, it’s just a dance / Have a drink, everything’s pink up here / I wish I could listen to Coltrane all day / You wish I could share your boring dreams / I wish I could be no one / You wish I could be your boyfriend / I wish I could leave this awful mess / You wish I could swallow your fucking fears / I wish I could leave Paris / You wish I could be stuck with you forever here
Entr’ouvert (démo 82)
Swinging London (démo 82)
Sortir ce soir (démo 82)
Lucille (démo 83)
Tombé pour la France (démo 85))
La ballade d’Edie S. (mix William Orbit)
Poppy Gene Tierney (live Rennes mars 85)
Week-end à Rome (extented DBF version)
Patch up my heart (US single)
Sortir ce soir (version 2005)

  • supernana 1984  Supernana reçoit Etienne – Carbone 14 – 1984

Une beauté plastique bleu azur, une marinière, un perroquet. La simple évocation de cette pochette de Pierre & Gilles suffit à réveiller les frissons vécus par toute une génération d’adolescents lorsque La notte la notte fit irruption dans leur collection de disques. En compagnie de Frank Darcel, Daho s’embarque ici pour une ballade au pays de la pop électronique et réinvente ses chansons dans un genre minimal. Sous l’effet combiné des claviers et des boîtes à rythmes, sa voix s’affirme et ses talents de mélodiste se cristallisent sur trois véritables hymnes à l’insouciance en technicolor synthétique : « Sortir ce soir », « Week-end à Rome » et « Le grand sommeil ».

M. Besse (pour la FNAC)

  • La notte – Rock & Folk – 04/84

PRESSE RELATIVE A LA TOURNEE DAHO E GRUPO

CLIPS OFFICIELS

Le grand sommeil

Week end à Rome
EMISSION & PASSAGE TELE

Ecoute voir
France 3 – 11/09/84

Rocking chair
France 3 Régions – 06/10/84

Académie des 9
« Week end à Rome »
Antenne 2 – 12/10/84

Etoile à matelas
« Et si je m’en vais avant toi »
RTS – 04/07/85

– 14 juillet 1984 : La Dancetaria à New York
– décembre 1984 : Etienne est invité d’honneur lors de la tournée des Comateens

dates
06/12 : L’Espace – RENNES
L’Exo – ROUEN

setlist
Get off my case – Cold eyes – Deal with it

LES DATES

mars
5 : TOURS // 6 : NANCY // 7 : DIJON // 8 : STRASBOURG // 9 : LILLE // 14 : RENNES // 15 : NANTES // 16 : BREST // 18 : Olympia PARIS // 20 : LYON // 21 : MARSEILLE // 22 : TOULOUSE // 23 : BORDEAUX // 25 : CLERMONT-FERRAND // 26 : MONTPELLIER // 27 : NICE

avril
25 : SERAING // 26 : BRUXELLES

LA SETLIST

intro Week end à Rome – Ton cinoche – Signé Kiko – Poppy Gene Tierney – Tombé pour la France – Le grand sommeil – On s’fait la gueule – Swingin’London – Arnold Layne – Jack tu n’es pas un ange – Promesses – La ballade d’Eddie S. – Et si je m’en vais avant toi – Il ne dira pas – Sortir ce soir – Week end à Rome – Saint Lunaire dimanche matin – Sunday morning

LES MUSICIENS

Xavier Jouvelet : batterie
François Daniel : basse
Jello : guitare
Arnold Turboust : claviers
Daniel Paboeuf : sax
Christian Le Chevrotel : trompette

choristes : Estella et Samantha


photos postées par Jean-Eric Perrin dans le groupe
Facebook Frenchy But Chic

Vous êtes l’auteur d’un des clichés publiés sur le site et vous ne désirez pas qu’il y figure ? Contactez-moi et il sera supprimé.