Menu Fermer

POUR NOS VIES MARTIENNES – TOUR MARTIEN – LIVE ED

L’album devait s’appeler Daho in blue, mais c’était un titre banal ! Pour nos vies martiennes sonne comme un livre. Ça raconte le périple de quelqu’un qui est en exil, ailleurs, qui se remet debout.

Etienne (livre Dahodisco de Benoît Cachin)

  • 1er juin 88 : sortie de l’album
  • de janvier à avril 89 Etienne est en tournée avec le Tour martien
  • janvier 89 sortie du livre Daho dans tous ses états de Frédérique Veysset

  • janvier 89 : sortie du film documentaire de Bertrand Fèvre Tant pis pour l’Idaho

  • novembre 89 : sortie du  Live ED
    commentaire d’Etienne

    Un album enregistré  le premier soir de mon concert au Zénith, après qu’on eut réglé le spectacle dans des salles plus intimes en province… Je ne comprends pas ce live ; je l’écoute et je ne comprends pas : il y a un espèce de halo, les gens étaient hystériques… C’était un très beau spectacle visuel, mais peut-être était-il trop show. Des gens se sont sans doute sentis dépossédés.

    Etienne (propos recueillis par Jean Ellgass) – Radiographie d’une œuvre publique – Live Musique, Cinéma, et cætera – supplément Tribune de Genève – 10/95

  • 18 novembre 2016 : sortie dans la Deluxe Remastered Collection

 

ALBUM & TEXTES

Les textes sont retranscrits avec la très aimable autorisation d’Etienne. Encore merci à lui.

Quatre hivers (Etienne Daho/Xavier Geronimi)
Déjà quatre hivers à ne savoir que faire / A compter les vagues de la mer / Et des nuits à ne savoir qu’en faire / Combien de souvenirs amers / Combien de souvenirs amers / Combien d’années, combien d’années avant de voir ta lumière / Combien de jours, les jours sont comme des années lumière / Déjà quatre hivers à ne savoir que faire
Bleu comme toi (Etienne Daho)
Je suis ailleurs mais où est-ce d’ailleurs /On me trouve parfois là-haut sous les toits / Il est en l’air un monde un peu meilleur / Tu m’retrouves parfois là-haut sous les toits / Ton regard est sombre comme un ciel d’hiver, vert / Ton regard est fou lorsque l’univers, vert, flamboie

Ton ailleurs est bien ici, sauf erreur / Tu te couches parfois au creux de mes bras / Et l’on oublie souvent le jour et l’heure / On se touche parfois du bout de nos doigts / Les nuits sans soleil, quel ange nous veille ? / Les nuits sans soleil, un singe nous veille, je veille

Le monde est comme toi, le monde est bleu / Comme toi, je veille / La nuit porte conseil et je sais le mal que l’on nous fait /Le mal que l’on nous fait parfois / Et mon humeur est down

Le monde est bleu comme toi

Caribbean sea (Etienne Daho/Edith Fambuena)
S’en aller sans un mot et se perdre à nouveau / Sombre Marine, mes silences te gênent ? / S’en aller sans un mot, cap pour rire à nouveau / Et voir un peu où ces bateaux me mènent / Car entre nous deux, c’est plus la peine

Les non-dits, les on-dit, ça m’plait pas / Tout ce que je t’ai dit, ça s’dit pas, ça s’deale pas

Caribbean, caribbean…

S’en aller sans un mot, parcourir à nouveau / Iles nouvelles pour sirènes obscènes / Puisqu’entre nous deux, c’est plus la peine

J’veux baiser qu’avec toi, ça s’dit pas /Et un bébé comme toi, ça s’prête pas, ça s’prête pas

Caribbean blue, blue nights on islands…

Where's my monkey (Etienne Daho/Jérôme Soligny)
Ma télé est en morceaux et je n’lis plus les journaux / Mon boulot me mine et mes voisins me dépriment

Where’s my girl, bouhh, il fait pas bon être seul /Where are my friends, bouhh, and where’s my monkey ?

Ma radio est en morceaux et j’écoute pas les ragots / Bien sûr j’aime avec prudence, de peur des conséquences (sigh !)

Where’s my girl, bouhh, il fait pas bon être seul / Where are my friends, bouhh, and where’s my monkey ?

Je suis sûrement spécial, mon bonheur est inégal / Y’à plus qu’le ciel qui s’grise et j’pique ma crise, arrrggg…

Where’s my girl, bouhh, il fait pas chaud être seul / Where are my friends, bouhh, and where’s my monkey ?

(Monkey talk and hysteria…)

Affaire classée (Etienne Daho)
J’peux pas dormir, j’ai les nerfs, pourquoi t’as plus d’charme, plus d’mystère / Magie rompue, affaire foutue, affaire classée / J’peux pas dormir, au plafond, les yeux collés, à l’envers / Magie rompue, affaire foutue, affaire glacée

Ne plus r’penser, ne plus r’penser, nos regards émus, nos baisers goulus

Ne plus regarder en arrière, puisqu’en deux mots j’ai perdu l’affaire / Sens abusés, désabusé, affaire glacée

Ne plus r’penser, ne plus r’penser, l’allégresse émue des âmes perdues

Ne plus r’penser, ne plus r’penser, nos regard émus, nos baisers goulus

J’peux pas dormir, j’ai les nerfs, pourquoi t’as plus d’charme, plus d’mystère / Moi qui pensais jamais pouvoir de toi m’passer

Des ir (Etienne Daho/Arnold Turboust)
Ir veut dire fuir / Navire, chambre rue des Martyrs

Des irs, désire toi, déèsse / Désire toi, allongée

Incandescent, indécent, turgescent / Tu m’inspires et j’expire de fous secrets, impurs, et pire / Que Dieu n’entend pas

Irrégulière éprise / Resserrant son emprise

Moi, irréfléchi, offert / Pour saison en enfer

Incandescents, indécents, tout puissants / Tu t’exprimes, et m’imprimes de fous baisers impurs, impies / Que Dieu ne voit pas

We’re flying to the moon…

Stay with me (Oliver North)
Stay with me through all the lonely nights / Stay with me the dark it needs your light / Won’t you stay with me

Please don’t go, the skies are turning grey / I need you so, how could you walk away / Please don’t go, I need you so, stay with me

Please don’t leave a broken heart alone / Stay with me, we’ll make the stars our home / Please don’t go, I need you so, stay with me

Under a lonely tree I asked her stay with me / She looked me square in the eye / Then she did answer me not with the words I seek / But with a mournful sigh

Le plaisir de perdre (Etienne Daho/Rico Conning)
Tu voulais rire et plaire, t’enivrer d’horizons irradiés / D’une blanche lumière et d’odeurs encensées / Tu n’avais rien à perdre, les nuits passaient / A t’envoyer en l’air sous des cieux délavés

Ces aubes matins blêmes, froids et piquants, comme tu les aimais / Ces rencontres éphémères dans les bars enfumés / Pour le plaisir de perdre, les jours passaient /A regarder ailleurs sous les cieux délavés

La tête en l’air et les yeux fermés

Seul dans la foule, si bien seul à n’attendre rien

Répertorié abonné absent (lorsque le soir enfin descend) / Se balancer du passé, du présent (du contrepied, des contretemps) / A quoi sert de tenter sa chance  /Au fond ça n’a aucune importance

Musc et ambre (Etienne Daho/Arnold Turboust)
Assez, ces pensées sont insensées / Glissées à mes oreilles glacées  /Passez sous silence mon passé / Tissé de mensonges agacés

Etendu dans la lagune, les nuits de brume, je chante, la mer écoute / Des oiseaux fatigués sur moi se penchent, j’entends, rumeurs étranges / Les Dieux qu’invoquent des sorciers fous, sous les nuages / Et personne ne me croit

Assez, de ses épaules voilées / Assez, ses jupes ternes et froissées / Assez, faux sourires, sourcils froncés / Hissez, drapeaux et voiles, annoncez

Qu’entre les champs parfumés de musc et d’ambre et ma chambre, je l’invente / Ses yeux sur moi se posent lorsqu’elle pose sur le fond de champ de roses / Et attend, les lèvres closes / Dis-moi, dis moi que tu me croies

Entre les champs parfumés de musc et d’ambre et ma chambre, je l’invente

Elle avance vers moi, fière et sereine, un beau jour elle serait mienne / Elle serait reine et serait folle / Alors, dis moi, dis moi que tu me croies

Winter blue (Laurie Mayer/Rico Conning)
It had been a grey december / Dark clouds in the sky / Try to forget how the months passed by / You got to be so restless / Then one day you were gone /Face the facts now, everything went wrong

Winter skies turning grey / I’ll be coming back someday / Memories fade away / Winter blue fade to grey

You used to be my best friend / Our lives were intertwined / For a short time, life can be unkind / We struggled through the hard times / Ignoring what was good / Didn’t see the sun / Didn’t smile when we could

Winter skies…

Winter blue fade into grey now / Winter blue fade into grey now / Winter blue, winter blue, winter blue

Now I try to be lonesome / Or worry about what’s wrong / Stop your crying, let the past be gone / There’s a world of lonely people / Worse off than me / Just be grateful, you’re alive and free

Winter skies…

Des heures hindoues (Etienne Daho/David Munday)
Heure hindoue, rentrer tard / Tard ou tôt, c’est comme on l’entend / Et j’ai l’idée d’une idée dans les airs / Et décoller de ce bitume et ces pavés / A fond de cale dans l’air silencieux / Oublier cette putain de pluie, la nuit est finie / Peut-être enfin demain nous appartient

Gemini, même si je n’suis rien, si j’suis personne / Gemini, un grain de poussière dans la grisaille / Gemini, un parfum qui vient de quelque part / Où les portes ne sont pas closes / Over the rainbow

Heure hindoue, rentrer tôt / Tôt ou tard c’est comme on le sent / Et j’ai l’idée d’m’élever dans l’espace / Oublier ce putain d’ennui, la nuit est finie / Je sais enfin que demain nous appartient

Gemini, même si je n’suis rien, si j’suis personne / Gemini, sortir ce matin de la grisaille / Gemini, je crois en quelque chose, quelque part /  C’est sûr il y a autre chose / Over the rainbow

Heures hindoues, imprécises / Et tu voudrais que je t’emmène, alors viens / Dans ma vie martienne

LIVE ED

disque 1
Prélude  –  Quatre hivers  –  Paris, le Flore  –  Le grand sommeil  –  Affaire classée  –  Il ne dira pas  – Stay with me  –  Quelqu’un qui m’ressemble  –  Promesses  –  Sortir ce soir  –  Mythomane

disque 2
Epaule Tattoo  –  La ballade d’Edie S.  –  Caribbean sea  –  Le plaisir de perdre  –  Duel au soleil  –  Week-end à Rome  –  Tombé pour la France  –  Bleu comme toi  –  Where’s my monkey  –  Des heures hindoues

DELUXE REMASTERED COLLECTION

disque 1
album original
+
Bleu comme toi (light blue long version)
Caribbean sea (long plage version)
Stay with me (UK single edit)
Des heures hindoues (extended)
Paris sens interdits (feat. Etienne Daho) (mix alternatif Arthur Baker)
La ville (duo avec Daniel Darc)

disque 2
Prélude (live 89)
Quatre hivers (live 2004)
Bleu comme toi (live 2004)
Caribbean sea (llive 2004)
Affaire classée (live 89)
Stay with me (live 89)
Le plaisir de perdre (live 89)
Le grand sommeil (live 89)
Des heures hindoues (live 2004)
Bleu comme toi (démo)
Des ir (démo)
L’idole des jeunes
L’amour avec toi
Don’t forget the nite
Water of the moon (Working Week) (avec Julie Tippett)
Sometimes (duo avec Bill Pritchard)
The shadow of your smile
Don’t leave me this way (duo avec Chris Isaak)
Un  homme à la mer (version acoustique)

liste non exhaustive des formats existants


Bleu comme toi
Quatre hivers
sorti le 2 mars 88

Des heures hindoues (remix)
Affaire classée
sorti le 5 janvier 89

Caribbean sea
Winter blue
sorti juin 89
PROMO & MAXIS

maxi single
Bleu comme toi (light blue long version)
Signé Kiko (live version)
4000 années d’horreur (live version)

maxi single
Bleu comme toi (light blue long version)
Signé Kiko (live version)
4000 années d’horreur (live version)
Bleu comme toi (single version)

Des heures hindoues (remix)
Where’s my monkey

maxi single
Des heures hindoues (version longue)
Where’s my monkey (version longue)

double maxi et version CD (avec pochette différente)
Des heures hindoues (version longue)
Epaule tattoo (very extended version)
Where’s my monkey (version longue)
Duel au soleil (version longue)

single promo
Caribbean sea
Winter blue

maxi single
Caribbean sea (longue plage version)
Bright blue night (version live)
Winter blue
PROMO – SINGLE LIVE ED & MAXI SINGLE

Le grand sommeil (live)
Affaire classée (live)
sorti le 1er novembre 89

maxi single
Le grand sommeil
Il ne dira pas
Week-end à Rome
Tombé pour la France
sorti en novembre 89

single promo
Le plaisir de perdre (live)
Mythomane (live)

Seuls les titres ayant plusieurs versions (même celles pour lesquelles il n’existe aucun enregistrement, mentionnées “AE”) sont repris ci-dessous avec, le cas échéant, un lien pour l’écouter .

contenu bientôt en ligne

Quatre hivers

version album

Tour martien
Live ED – 1989
Réévolution Tour
Sortir ce soir – 2005
Bleu comme toi

version démo
Deluxe remastered collection

version album

light blue long version
Deluxe remastered collection

Tour martien
Live ED – 1989
Le Tour de Paris et d’Ailleurs
DahOlympia- 1993
Réévolution Tour
Sortir ce soir – 2005
Diskönoir Tour
London Daho – 2014
BlitzTour
Nos chants illuminent  la nuit – 2018
Caribbean sea

version album
longue plage version
Deluxe remastered collection

Tour martien
Live ED – 1989
Where's my monkey

version album

version longue
maxi single

Tour martien
Live ED – 1989
Affaire classée

version album

Tour martien
Live ED – 1989
Stay with me

version album

Tour martien
Live ED – 1989
Le plaisir de perdre

version album

Tour martien
Live ED – 1989
Winter blue

version album

Tour martien
AE
Des heures hindoues

version album

remix

extended version
Deluxe remastered collection

Tour martien
Live ED – 1989

Le Tour de Paris et d’Ailleurs
DahOlympia- 1993

Kaléidoscope Tour
AE

Le Tour de l’été sans fin
Live 2001
concert acoustique au Rex à Paris 17/12/01
soirée spéciale Daho – concert acoustique Canal Jimmy 17/01/02
Réévolution Tour
Sortir ce soir – 2005
Obsession Tour
Daho Pleyel Paris – 2009
Diskönoir Tour
London Daho – 2014

 

Sous certaines références d’articles, vous trouverez une courte introduction ou amorce, également appelée chapeau ou « chapô » dans le jargon journalistique, offrant un résumé du contenu de l’article.  Il vous suffit de cliquer sur le titre approprié pour accéder à la version complète de l’article.

PRESSE RELATIVE A L’ALBUM

  • Daho l’as de coeur – 20 Ans – 01/01/89
  • 12h45, un jour bleu (interview) – Blah blah – 15/12/88 – 15/01/89

  • Le petit homme bleu… – Journal de Mickey – 12/88
  • Chronique d’une scène martienne annoncée – Graffiti – 1989
    chapeau de l’article

    A la tête d’un empire State Building d’estime, Daho, la pop égérie d’une génération répertoriée au catalogue de la mode, mérite sa bonne réputation… Ses adeptes, les branchés, l’ont hissé tout en haut d’un piedestal majuscule où l’hystérie dahoïste d’antan a laissé la place à un respect consensuel…Daho, Etienne de son prénom, se donnera en concert pour six nuits martiehnes à Paris Zénith, puis il parcourra les routes de France, histoire de nous prêcher la bonne musique…Etienne, il se tient vraiment bien.

  • Des heures en douceBest – 02/89
  • Bleu comme lui (interview) – Keyboards – 02/89
    chapeau de l’article

    Incroyable comme sa musique lui colle à la peau. Etienne est à la ville comme dans ses disques ; doux, fragile, mais sincère et décidé, avec cet éclair dans les yeux et cette chaleur dans la voix, qui présagent un tempérament. C’est un tendre, qui ne se laisse pas faire et clame tout haut ce qu’il pense tout bas. Plutôt rare, ça !

  • Daho : l’homme fragile – Rockland – 03/89

  • 48 heures avec Daho – Graffiti – 04/89
  • Etienne Daho – Max – 07/89
    chapeau de l’article

    Le temps d’un week-end à Rome, Etienne Daho n’est jamais revenu à Rennes. Fini l’adolescence, le doute. Au coeur de la ville, Paris, dans la maison de Buffalo Bill, il parle de son autre vie, de cette bascule entre le succès et la nostalgie. Lui qui aime tant les sixties, la pop, les idoles et l’Angleterre. Londres, ultime étape d’un homme tranquille, ex-fan de la nuit devenu matinal. Daho d’hier et aujourd’hui mais qui se refuse à parler de demain.

1
2
  • Le retour du romantique (interview) – 20e siècle de la musique – 12/89

  • Family Rock – 01/90

  • Radiographie d’une œuvre publique – Live Musique, Cinéma, et cætera – supplément Tribune de Genève – 10/95
    commentaire d’Etienne sur l’album (propos recueillis par Jean Ellgass)

    Pour nos vies martiennes
    Sorti de Pop Satori très épuisé, je me suis barré à Londres où j’ai vécu à l’hôtel pendant deux ans. Ça a donné Pour nos vies martiennes : un album britannique, le disque du fog (Il sourit) J’aime toutes les chansons, mais je ne comprends pas du tout comment on a pu le mixer ainsi. A sa sortie, un chroniqueur a écrit que j’étais comme un convalescent qui regarde la vie à travers un miroir. Ça m’a fait de la peine, mais il avait un peu raison. Je commençais à avoir peur du succès, il m’avait terrassé. Il fallait que je prenne de la distance ; Pour nos vies martiennes est l’album de la transition ; dans laquelle il y a quand même, parmi les chansons les plus connues que j’aime beaucoup, Des heures hindoues ou Bleu comme toi. Et d’autres plus underground comme Des Ir que jadore, ou Stay with Me… C’est un bon album, un peu bizarre.

    Etienne

PRESSE PERIODE TOUR MARTIENLIVE ED

  • Noir sur Blanc – 03/89

 

 

  • Chanteur de charme – Journal de Payerne – 14/03/89
  • Etienne Daho un martien à Rennes – Salut ! – 14/03/89
  • Pour le plaisirLe Matin – 16/03/89
    chapeau de l’article

    Daho, le charmeur fou a fait hier soir une halte à Beaulieu. Somptueux mais le public n’était pas au rendez-vous.

  • Séducteur malgré lui – L’Est vaudois – 17/03/89
  • 25 février 1989 : 8000 personnes en délire ovationnent un Etienne Daho… – Rock this Town – 04/89
  • Entrez dans la transe – 24 Heures – 07/04/89
  • edaho : Demain mieux que moi (interview) – Télémoustique – 11/89
  • Souvenirs d’une Nuit Martienne – Télémoustique – 20/11/89
  • Sur les traces d’Etienne Daho – Journal de Mickey – 1990
  • Etienne Daho : texte, live et vidéo – Rock & Folk – 01/90
  • critique du Live ED – Télémoustique – 01/90
  • Son cinocheBest – 02/90
    chapeau de l’article

    Pour clore la décennie qui l’a révélé, Etienne Daho ne s’est pas contenté de livrer l’obligatoire album live/bilan. Il enfonce le clou dans le quasi acte gratuit en offrant à ses fans un road movie tourné au pays des cow-boys, ainsi qu’un livre de photos corollaire. Un voyage sur les traces de la beat generation, des images intemporelles, des clichés qu’on aime à conforter dans un imaginaire rythmé par les chansons des B 52’s, d’Alan Vega, de Nico, et de Ricky Nelson… Au retour, quelques instantanés que commente l’E. Daho.

  • La chaleur du noctambule (rencontre) – Le Quotidien de la Côte – 07/03/90
    chapeau de l’article

    Son double ablum “en concert” sous le bras, Etienne Daho s’est arrêté en Suisse. Le temps de l’enregistrement d’une émission (regardable, ou pas ?), suffisant pour faire le point avec l’oiseau de nuit de la vague rennaise, qui a réintégré la France.

photo de l’article
  • Radiographie d’une œuvre publique – Live Musique, Cinéma, et cætera – supplément Tribune de Genève – 10/95
    commentaire d’Etienne sur Live ED (propos recueillis par Jean Ellgass)

    Live ED
    Un album enregistré  le premier soir de mon concert au Zénith, après qu’on eut réglé le spectacle dans des salles plus intimes en province… Je ne comprends pas ce live ; je l’écoute et je ne comprends pas : il y a un espèce de halo, les gens étaient hystériques… C’était un très beau spectacle visuel, mais peut-être était-il trop show. Des gens se sont sans doute sentis dépossédés.

    Etienne

1
2
BANDE ANNONCE

Live ED
CLIPS OFFICIELS

Bleu comme toi

Des heures hindoues

Stay with me
EMISSIONS TELE

Daho in blue
RTBF – 1988

Planète rock
1988

Decibels
(extrait)
12/06/88

Lunettes noires pour nuits blanches
“Etre star, c’est se faire rare”
17/09/88

Lunettes noires pour nuits blanches
Blind test
17/09/88

Fréquenstar
(extrait)
La pochette de Pour nos vies martiennes
M6 –  21/09/88

Fréquenstar (2e extrait)
L’expérience cinéma d’Etienne
M6 – 21/09/88

Coeur et pique
(début vers 16’20”)
RTBF – 16/10/88

Lunettes noires pour nuits blanches
“Le questionnaire de Proust”
17/06/89

Lunettes noires pour nuits blanches
Caribbean sea
17/06/89

Du côté de chez Fred
(extrait)
Antenne 2 – 28/11/89

Lunettes noires pour nuits blanches
“Du coq à l’âne”
23/12/89

Lunettes noires pour nuits blanches
“La 1ère fois d’Etienne”
23/12/89

Lunettes noires pour nuits blanches
“Tant pis pour l’Idaho”
23/12/89

Fréquenstar
M6 – 24/12/89

Perfecto
La Cinq
   
PASSAGES TELE

JT midi
A2 – 20/06/88

Etienne Daho affiche de la tournée "tour martien"
du 12 janvier au 21 avril 1989 : la tournée Tour Martien

LES DATES

janvier
12 : LAVAL // 13: TOURS // 14 : ORLEANS // 20 au 26 Zénith PARIS // 31 : REIMS

février
1er : ROUEN // 2 : RENNES // 3 : BREST // 4 : NANTES // 6 : LIMOGES // 7 : BORDEAUX // 13 : LAUSANNE (reporté au 15/3 à Beaulieu) // 17 : STRASBOURG // 19 : MULHOUSE // 20 : NANCY // 21 : METZ // 23 : CAEN // 24 : LILLE // 25 : BRUXELLES // 28 : LE MANS

mars
1er : ANGERS // 3 : MONTLUCON // 4 : CLERMONT-FERRAND // 6 ; LYON // 7 : GRENOBLE // 8 : MARSEILLE // 9 : TOULOUSE // 10 : AVIGNON // 11 : TOULON // 13: NICE // 14 : Zénith MONTPELLIER //   15 : BEAULIEU (SUISSE) //  16 : ANNECY //  ? : DIJON

avril
5 : BOURGES // 21 : Marquee LONDRES

LA SETLIST

Prélude Quatre hivers – Paris le Flore – Le grand sommeil – Affaire classée – Where’s my monkey ? – Il ne dira pas – Stay with me – Quelqu’un qui’ressemble – Promesses – Sortir ce soir – Epaule tattoo – La ballade d’Eddie S. – Carribean Sea – Le plaisir de perdre – Duel au soleil – Week end à Rome – Bright blue night – Winter blue – Tombé pour la France – Bleu comme toi – Des heures hindoues – Peggy Sue – Mythomane – Femme fatale

LES MUSICIENS

Marcel Aube : basse
Edith Fambuena : guitares sur Bleu comme toi et Caribbean sea
Xavier “Tox” Geronimi : lead guitare
Ginette Landrey : percussions & choeurs
Jean-Louis Piérot : clavier de l’air
Frédéric Renaud : rythm guitare
Chuck Sabo : batterie & percussions
Helen Turner : claviers de l’eau

Embed from Getty Images

Embed from Getty Images

Embed from Getty Images